Retour à la page d'accueil du site plestang.com

Un livre:   LE FAIT JÉSUS

Accueil
     Qui?
     Historique

Livre "Le fait Jésus"
     Annexes au livre
     Remarques et réponses
     Un guide de lecture
     Un ancien texte

 

Christianisme

    Notes
    Général
        Spiritualité et prière
            Péché, défauts
        Vie paroissiale
        Vie fraternelle
        Théologie
            Le salut
        Morceaux choisis
        Accumulateur
        Citations
    Bible
        Quiz sur l'évangile
        Etudes bibliques

    Présentation du christianisme
        A un ami ouvert
    Nouvelles pistes
        Approches (texte)
        Approches, suite
        Schémas et "lexique"
        Petites notes

    A partir de phrases
    Vers un "guide"
    Notes spi-psy
    Textes

Un scientifique réfléchit
sur son expérience de foi

"Le fait Jésus" est un livre sur la foi, partant de la foi très forte qui m'anime.

Pour moi Dieu est vraiment présent autour de nous, et agit dans le monde.

Partant de mon expérience de la vie spirituelle guidée par l'Esprit, je réfléchis comme scientifique à la nature des phénomènes qu'il me semble constater.

J'ose essayer de raisonner sur Dieu, les miracles, etc., comme un scientifique raisonne sur tout domaine qu'il étudie.
Sans en dire plus que ce qui me paraît certain.

Et en restant en fait complètement orthodoxe; non pas par rapport à telle ou telle formulation ancienne; mais par rapport aux réalités d'amour et de vie dont il s'agit.

 

Image de la couverture
Croire?

 

Philippe Lestang est chrétien et scientifique. Il propose une vision nouvelle de la révélation chrétienne, qui ne part pas des mots utilisés par les premiers chrétiens, mais des faits que ceux-ci décrivent. Cette approche du christianisme remet en cause les concepts et le vocabulaire de la Bible pour une compréhension plus adaptée à notre époque.

Accès à la page des annexes
Accès au guide de lecture
Accès à la page des remarques

 

 

 

 

 

 

Dieu peut-il se révéler?

Les deux premiers chapitres du livre montrent qu'il est impossible d'affirmer qu'il n'existe aucun être supérieur à l'homme; et que si un tel être ou de tels êtres existent, ils peuvent choisir de se révéler à nous!
 

 

Un livre plein de nouveautés

Chacune des parties du livre propose des approches nouvelles:
- Aux athées il est proposé de s'interroger sur la notion d'êtres "très supérieurs" à l'homme, à partir d'une citation de Max Planck.
- Aux philosophes il est suggéré d'approfondir la notion de philosophie ouverte, telle que seul Ferdinand Gonseth semble l'avoir proposée pour l'instant; et qui n'est pas si différente de ce qu'écrivait, en son temps, Claude Bernard.
- Aux théologiens il est suggéré que toute réflexion sur la nature de Dieu et sa structure interne est vaine, tant cette question nous dépasse.
- Le salut est approché d'une façon certes orthodoxe, mais rarement énoncée sous cette forme. En même temps c'est une question posée à nos frères protestants et évangéliques, qui voient souvent les choses bien différemment.
- Le péché est présenté comme absence d'amour et refus d'amour. Classique? Pas tellement, tant la pratique catholique, et même protestante, est axée plus ou moins consciemment sur la volonté et la culpabilité.
- Enfin la Bible est considérée comme datée: ce qu'on accepte en général pour le Premier Testament, mais qu'il est rare que l'on reconnaisse pour les évangiles et les épîtres. Au lieu de partir des mots, il est proposé de partir de notre expérience chrétienne de vingt siècles, éclairée par l'Esprit, en utilisant en outre notre esprit scientifique moderne pour réfléchir à la révélation comme un "fait" et comme la rencontre avec quelqu'un, et non comme une série de phrases.

 

Etre dans l'Eglise

Les propositions de la dernière partie du livre remettent en cause un certain nombre de façons actuelles de penser le christianisme et de le célébrer.
Mon objectif est d'énoncer le christianisme en vérité, dans un dialogue avec tous les hommes.
Pour cela il faut aussi être dans l'Eglise, c'est à dire faire partie de la communauté des chrétiens de sa ville ou de son quartier; dans un esprit complètement oecuménique: nous sommes tous appelés à l'amour.

 

Le sacré, vécu différemment

On trouvera sur cette page un exemple de sacré vécu différemment, un beau texte de Brian McLaren: "Une Sainte Cène".

Peur, ou paresse?

  Un prêtre m'écrit:
"Tu évoques page 63 les peurs qui retiendraient les responsables en ce qui concerne la réécriture des prières de la messe qui parlent de chute et de relèvement.
"Ce n'est pas de la peur; c'est plutôt de la paresse: il faudrait réinventer les prières eucharistiques et c'est un gros travail, théologique et poétique. Car en fait, à part certains acharnés, plus personne ne croit à l'existence historique d'Adam et Eve et à leur chute supposée, avec ses conséquences planétaires."

 

A la base de tout: la foi

Comme je l'indique dans l'exposé fait à Tigery (voir lien plus haut sur cette page), la meilleure clef pour entrer dans le livre est de comprendre que son point d'appui essentiel est la foi très forte que j'ai dans la présence et dans l'action du Seigneur.
C'est dans le cadre de cette foi que le livre prend son sens.

 

Biblistes contre liturges?
(et prêtres..)

Je retrouve un texte d'André Wénin que j'avais cité vers 2004 dans mes premières réflexions préparatoires au livre.
On y voit clairement que pour ce bibliste, il s'agit de montée dans l'amour et non d'une histoire centrée sur le péché:

"Pour qui accepte de rompre avec une lecture historico-linéaire de l'histoire du salut, une autre voie est ouverte. Elle n'est plus dominée par le péché, défiguration par l'homme de l'oeuvre divine qui oblige le Créateur à se faire sauveur et à tenter de restaurer l'ordre perturbé. Elle a pour axe l'amour d'un Dieu dont le désir et la joie sont le bonheur des êtres, et qui invente en dialogue avec eux une histoire d'alliance en vue d'un bonheur pleinement partagé dans la communion.
(L'homme biblique, Cerf 2004)

C'est ce que l'on pourrait appeler un désaccord "biblistes contre liturges", puisque les textes de la liturgie ne tiennent aucun compte de ce qui est maintenant l'opinion d'un certain nombre de biblistes. Et les liturges, ce sont aussi les prêtres, qui répètent jour après jour ces mêmes textes que l'on peut considérer comme faussant la réalité de la révélation de l'amour.
Et tous les fidèles s'y sont habitués, à force de l'entendre.
Faudra-t-il passer par l'équivalent d'une nouvelle crise moderniste?

 

Le livre en trois phrases

Le livre peut se résumer en trois idées:

 - Un être supérieur se révèle en Jésus.

 - Il nous propose d'entrer dans un amour infini.

 - Nous pouvons en parler avec notre esprit ouvert d'aujourd'hui.

Ces tirets correspondent: aux premiers chapitres; au chapitre central sur le salut; au dernier grand chapitre ("Une approche expérimentale").

 

Le vrai moteur du christianisme

Un ami protestant à qui j'avais communiqué le manuscrit m'écrivait:
"Aux débuts du christianisme, les premiers chrétiens étaient mal vus parce qu'on considérait que c'étaient des personnes qui n'avaient pas de religion!
J'ai la même impression avec ton texte! Et c'est excellent! J'ai l'impression que je suis en face d'un texte qui ne défend plus le fait religieux, mais qui veut retrouver le vrai "moteur" du christianisme, un peu comme un automobiliste qui se préoccupe avant tout du chassis et du moteur de son véhicule, laissant la carrosserie et l‘habillage intérieur à d'autres."

 

Qu'est-ce que le salut?

Le salut, c'est d'entrer dans une relation en vérité avec soi-même, avec les autres, et avec Dieu !
Le chapitre central du livre examine tous les aspects de cette question.
Le salut - le "royaume" - commence dès à présent, comme le dit Jésus en Luc, mais aussi dans Jean, où la "vie éternelle" est toujours mentionnée au présent, jamais au futur!
Il s'agit d'accepter d'entrer dans l'amour.

 

Revoir la théologie et la liturgie!

Si, comme il est expliqué ci-contre, il n'y a pas eu de faute "aux origines", de nombreux aspects de la théologie et de la liturgie sont à revoir!
On ne peut plus dire que "nous avions perdu l'amitié de Dieu en nous détournant de lui" (prière eucharistique).

Plus généralement, nous ne sommes pas des coupables permanents, qui devons sans cesse faire des efforts pour que Dieu nous pardonne et daigne se tourner vers nous. Il y a là une attitude bien trop proche de l'ancien testament.
Dieu nous aime, et nous invite à entrer dans l'amour!

 

L'importance de
Ferdinand Gonseth

Le philosophe Ferdinand Gonseth, dont je parle plus en détail sur la page "Philosophie" de ce site, propose une démarche systématique applicable à la réflexion théologique.

Une présentation de ce philosophe faite en 2015 par Gilles Cohen-Tannoudji montre suivant quelle méthodologie il conviendrait de poursuivre le chemin ouvert par le livre "Le fait Jésus".
J'évoque également cette question en page 8 de mon exposé de septembre 2016.

 

Commentaires de lecteurs

- "Ton écriture est excellente. J'aime bien ces phrases courtes dont tous les mots ont du sens et ne sont pas du remplissage."

- J'ai dévoré ton livre. Il m'a surpris à la fois par son "conformisme" (conforme à la doctrine) et par son audace: je salue ton audace à l'écrire!

- "Passionnant."

- "Je suis un peu plus mal à l'aise avec ce que tu dis de la fin de la terre: il me semble que tu montres ici un côté désabusé. C'est le seul endroit du livre où j'ai eu l'impression que tu ne restais pas ouvert à toute possibilité, et j'ai trouvé que c'était étonnant."

- "Ce que vous avez écrit a fait plus que m'intéresser. Je me suis senti en harmonie avec ce que vous écrivez."

- "Très très intéressant; ce que tu écris fait énormément réfléchir."

- "J'ai beaucoup aimé."

- "Comme tu n'es pas intégré dans la hiérarchie de l'église, tu peux prendre la liberté de n'être pas tout à fait 'religieusement correct' et je suis sûr que des clercs t'en sont reconnaissants."

- "Lorsque tu abordes un sujet pouvant crisper l'évangélique que je suis, j'étais rassurée par ta façon de mettre des limites, et surtout, toujours, de garder Christ comme le fil conducteur, au premier plan."

- "J'apprécie beaucoup les références des divers domaines que tu prends, philosophie, science, littérature."

- "Un petit bijou."

- "J'aime que tu parles souvent à la première personne; que tu dises 'je'."

- "Excellent petit livre."

- "Ton livre m'a vivement intéressé, notamment par la manière dont tu abordes l'amour et le péché. La lecture de ton texte m'a engagé à essayer faire preuve de plus d'amour avec mes semblables et à tenter d'aborder les choses de la vie avec un peu moins de certitudes intellectuelles abstraites!"

- "Votre livre est vraiment très riche."

"Je souhaite profondément que votre livre fasse son oeuvre dans l'évolution des consciences. Il vous a été sûrement inspiré."

- "J'aime ta remarque sur le 'détour productif' que constitue, en somme, le christianisme! (p.27) "

- "Tu as écrit ce que j'aurais voulu écrire."

- "Ton petit livre est un message d'amour. C'est comme cela que je le reçois."

- "J'ai apprécié ton approche ouverte et respectueuse (oecuménique)."

- "Tu exprimes bien ce qui 'me parle depuis longtemps'."

- "Ton chapitre sur le salut devrait être lu par tout le monde."

- "J'ai commandé sept exemplaires, pour les offrir à des amis."

- "Livre très bien écrit."

- "Plus je lis et relis ton livre pour mieux le comprendre, plus je suis d'accord avec ce que tu écris."

- "Stimulant; nourrissant."

- "Merveilleux petit livre."

 

Partir des faits

La Bible n'est pas un livre d'histoire. Elle est le témoignage, donné par des hommes inspirés par l'Esprit, de la façon dont ils ont compris la présence de Dieu à leur époque.
Le bibliste américain évangélique Scot McKnight écrit: "Dieu a parlé à l'époque de David à la manière de David; (..) il a parlé à l'époque de Saint Paul à la manière de Saint Paul. (..) Les pages du Nouveau Testament expriment à la façon du premier siècle l'évangile et la vie de l'église; elles sont datées; inspirées par l'Esprit, mais restant des façons de s'exprimer du premier siècle." Il ajoute: "Nous ne sommes plus au premier siècle".
Dans le livre de la Genèse, Adam n'est pas un personnage historique: ce n'était nullement l'intention des auteurs. Quant à Saint Paul, il ne se sert d'Adam qu'à titre d'illustration de ce qu'il dit du Christ: le bibliste américain Peter Enns, dans un livre sorti après que j'aie remis mon manuscrit, le montre par divers exemples.

Et il n'y a pas eu de péché "des origines": Jésus ne vient pas nous faire remonter depuis une "chute", mais nous faire monter dans l'amour. C'est encore plus beau.

 

Sur le web et dans la presse

- Article dans "Témoignage chrétien" du 19 juillet 2012: "Philippe Lestang (..) offre au lecteur sa profession de foi, avec toujours une même perspective lumineuse et pacifiante. (..) Tout est histoire de relation et d’amour, ... ce qui ne nous dispense pas d’éclairer notre intelligence. Des pages intelligentes et essentielles sur une foi qui coule de source."

- Article du blog Religions de "Ouest France". (*)

- Recension sur le site "Protestants dans la ville".

- Recension sur le blog "Garrigues et Sentiers".

-  Sur Twitter:
Nicolas_Ballet ("Progrès de Lyon") A lire, chez Actes Sud, "Le fait Jésus", passionnant essai de @PhilippeLestang. Regard curieux et profond d'un scientifique sur la foi.

-----------

(*) Il manque un mot dans la dernière citation du livre faite par le journaliste. Ce n'est pas "Dieu" qui, dans mon texte, est "liberté, louange, .."; c'est l'amour de Dieu.

Proposez-moi une rencontre!

Je suis à votre disposition pour venir rencontrer un groupe, petit ou grand; à parler avec vous dans votre milieu, en fonction de vos préoccupations.
Les uns comme les autres gagneront à réfléchir ensemble, de façon ouverte, respectueuse, amicale.
Contactez-moi à l'adresse mel philippe-chez-plestang-point-com.

 

Table des matières du livre

    Liminaires
    Dieu ?
    Croire
    Aimer - Le péché
    Le salut
    Une approche expérimentale
    Dans l'Eglise
    Contrepoint
    Prière

 

Pour un ami ouvert

En prêtant un exemplaire à un ami qui, sans être chrétien, est ouvert, je lui ai suggéré de regarder pour commencer les passages suivants:
- Page 7 le texte liminaire de 3 lignes: "Vivre le christianisme comme quelque chose de fraternel .. (etc.)"
- Page 14 le paragraphe qui commence par "Certains hommes sont plus prêts que d'autres à se remettre en cause ..."
-  La page 19: "A lire certains athées..."
- Les pages 27-28:  "Il y a de vrais problèmes.."
Et de regarder ensuite, pour information, le milieu de la page 58: "Cependant je m'interroge..'"

 

 

Sciences humaines...

Mon activité professionnelle s'est déroulée dans le domaine des sciences humaines: définition de concepts et de modèles décrivant la réalité économique et sociale.
C'est le père Louis-Joseph Lebret qui m'avait conseillé d'entrer à l'INSEE, qu'il considérait comme le meilleur endroit pour comprendre la société actuelle.
Rien à voir - contrairement à ce qu'a cru pouvoir écrire un commentateur du livre - avec les mathématiques: il s'agit d'observer et de décrire le réel. Il s'agit des faits qui nous entourent...

 

Début d'un blog...

Dans le blog "Chemin d'amour" que je débute en novembre 2013, je tente une nouvelle présentation de certains aspects du livre. A suivre !

 

Un texte d'il y a trente ans...

Je viens de retrouver (novembre 2013) un texte que j'ai écrit en 1984. Je ne me considérais pas comme chrétien à l'époque: mon retour au christianisme a eu lieu fin 1988.
Ce texte propose une approche que j'appelais "christiste". Dites-moi si vous le trouvez intéressant:   Un ancien texte.

 

Image de nuages extraite d'une photo de Roland Trenzel