Retour à la page d'accueil du site plestang.com

Autres > Web et informatique

Protéger ses données

Lorsqu'un ami, ou encore un de vos enfants, vous demande d'utiliser votre ordinateur, il n'y a normalement aucun problème: l'ami n'est pas curieux, l'enfant ... peut-être pas non plus.

Ce texte que j'ai écrit en 2006 reste d'actualité: il décrit les précautions élémentaires à prendre. Il est orienté Macintosh, car je ne connais pas l'équivalent de ces précautions sur PC. Mais il comprend beaucoup d'éléments utiles aux utilisateurs de PC !
      Commenter sur le blog

Les "MOOC"

Télérama du 27/08/14 consacre un dossier, repris sur telerama.fr, aux "Universités en ligne" permettant d'apprendre toutes sortes de choses (Harvard, Stanford, et en France l'Ecole des Mines etc. proposent de nombreux cours). Je découvre à cette occasion qu'il s'agit souvent de cours à des dates fixes: la vidéo n'est visible qu'à un jour donné, et suivre une formation revient à être disponible systématiquement, par exemple les mercredis de novembre prochain de 18h à 19h...
Heureusement il y a ausi des cours utilisant la formule "Youtube" (ou autre), donc disponibles en permanence. Par ailleurs plusieurs sont payants, et même pour accéder à un "essai gratuit" il faut doner son numéro de carte bleue!

Tout cela est donc moins satisfaisant que je ne l'espérais. MIT et Coursera sont selon ma formule des rendez-vous ("calendrier"). F.U.N. est touffu et je ne m'y suis pas retrouvé (dans une recherche rapide). La "Khan Academy" est une exception (vidéos visibles à tout moment), comportant aussi des apprentissages de base (ex: nombres négatifs, etc.). Udacity a peut-être des vidéos en permanence en ligne, mais pour le tester (2 semaines) il faut s'inscrire avec n° de CB (et penser à se désinscrire avant l'échéance!). Je n'ai donc pas essayé.

LiveCode

L'excellent langage de programmation LiveCode (successeur d'Hypercard, mais très supérieur) existe maintenant en version gratuite (PC et Mac). Ce langage, "en anglais courant", est très facile d'utilisation, même par des non-informaticiens. Un groupe d'utilisateurs français a été créé en mai 2013.
C'est l'occasion pour moi de faire quelques remarques brèves sur ce langage:
- LiveCode peut notamment servir à des ingénieurs, chercheurs etc., pour créer de tout petits programmes dans le cadre de leur activité. Je me classe dans cette catégorie, et ai créé au fil des années pour mon usage personnel de nombreux petits programmes: comparaison de textes, apprentissage du chinois etc.
- Pour un débutant complet (j'entre ici un peu dans la technique du langage), il y a plusieurs choses à bien comprendre, et notamment:
- L'empilement des objets (ex.:bouton, carte, pile), qui permet de placer des scripts (ou "handlers") à différents niveaux.
- Et surtout la transmission de données entre handlers. Exemple; j'ai sur une carte plusieurs boutons de fonctions analogue (ex.: donner à un groupe de champs une certaine valeur de scroll, différente pour chaque bouton - cf ma pile "Chinois"); chaque bouton comprend un simple handler disant quelque chose comme "On mouseup // Dosetscroll 3000// End mouseup"; et dans la carte il y a un handler disant "on Dosetscroll Myscroll (etc)" appliquant la valeur de Myscroll (3000 dans l'exemple) à l'ensemble des champs.

   24 05 13 - Commenter sur le blog.

Débuter dans Facebook

31.1.11: Le texte ci-dessous, rédigé en avril 2010, était périmé dès le mois suivant, et je n'ai pas le courage de le mettre à jour chaque fois que Facebook change ses menus. Les principes restent inchangés.
Le principal endroit où il faut aller pour les réglages est accessible en cliquant sur "Compte" puis "Paramètres de confidentialité": d'abord la deuxième ligne ("Entrer en contact sur Facebook"), ensuite, assez en bas de la page, un tout petit lien en bleu précédé d'un crayon: "Personnaliser les paramètres"; et enfin, en dessous "Applications et sites web" !
L'aide de Facebook (menu "Compte") est maintenant assez complète.

4.3.11: Passez en connexion sécurisée, voir ce lien.
16.2.11: Un autre paramètre à régler, bien caché: voyez sur ma page, à la date d'aujourd'hui (16 février 2011)

Facebook est un moyen agréable de rester en contact avec quelques amis.
Mais la confidentialité n'y est pas complètement assurée, même quand on règle correctement les paramètres (1).
Ces paramètres sont compliqués, et Facebook modifie parfois les choix possibles, ce qui oblige à rester vigilant.
Le texte ci-dessous décrit ce qui me paraît être la meilleure façon d'utiliser ce "réseau social" début 2010.

Lorsque vous aurez appliqué ce qui est proposé ici, soyez attentif ensuite si un jour, lorsque vous vous connectez, il vous est proposé de nouveaux réglages!
Ne les acceptez pas sans regarder: voyez ce qui change, et rectifiez ou refusez le cas échéant ce qui est proposé!
En effet les responsables de Facebook cherchent à ce que chacun ouvre au maximum les données de son compte. Et ils déplacent ou suppriment parfois certains réglages...

 

Réglage des paramètres de votre compte

Votre compte Facebook propose tout en haut, dans la barre bleue, deux pages principales: "Accueil" et "Profil", ainsi qu'un menu déroulant "Compte" (2). Mais avant d'aller régler les très nombreux paramètres qui sont proposés dans ce menu déroulant, il est bon d'aller dans la page "Profil":

I - Page "Profil"

Regardez à gauche la zone intitulée "Amis":
Sur la même ligne que le titre "Amis", on voit un petit crayon.
Cliquez sur ce crayon: cela fait apparaître une boite comportant plusieurs choix.
Décochez la case "Montrer mes amis à tout le monde" !
C'est sans doute la précaution principale à prendre quand on utilise Facebook.
Ainsi seuls vos amis verront qui sont vos amis (3).

II - Menu "Compte"

Il donne principalement accès à quatre ensembles de paramètres, où il convient de régler soigneusement ce que les autres internautes peuvent voir .

A - Ligne du menu Compte "Modifier la liste d'amis":

C'est le deuxième endroit où aller en priorité, pour pouvoir ensuite organiser vos amis en plusieurs catégories, qui n'auront pas forcément accès aux mêmes informations.

Sur la page qui apparaît, en colonne de gauche cliquez sur le mot "amis".
Il apparaît une nouvelle page, avec en haut un bouton "Créer une liste".

Je vous suggère de créer ici principalement une liste "Profil complet". Nous verrons plus loin comment utiliser cette liste: elle permettra que seuls les amis que vous aurez choisi de classer en "profil complet" voient l'ensemble de vos informations.

Vous pouvez ensuite passer à la ...

B - Ligne du menu Compte "Paramètres du compte":

Cette partie (intitulée "Mon compte") comprend sept onglets, et notamment les trois suivants:

- "Paramètres":
Une ligne qui doit retenir l'attention est celle des "comptes liés": il me semble que ce n'est pas forcément une bonne idée de lier d'autres comptes à votre compte Facebook: un peu comme pour les "Applications" (que l'on verra plus loin), vous risquez de ne plus savoir très bien quelle information circule et qui y a accès.
La ligne suivante, "Confidentialité", fait changer de page: on la reverra plus loin.

- "Réseaux":
Je n'ai pas utilisé cette partie; je ne sais pas si, comme pour les "groupes" dont on devient "ami" (voir plus loin), il y a un risque de non confidentialité.

- "Publicités Facebook":
Vous pouvez supprimer les informations éventuelles transmises à vos amis.

C - Ligne du menu Compte "Paramètres de confidentialité"

C'est la plus importante; elle fait apparaître 5 ou 6 sous parties (selon l'ancienneté de votre compte?):

- "Informations du profil" (ou: "Informations personnelles..."):
Cette page comprend une longue liste de sujets, pour lesquels vous allez pouvoir définir qui voit quoi.
Ainsi la première ligne "A propos de moi", comme les autres, vous offre à droite le choix de montrer ces informations: à tout le monde; aux amis et à leurs amis; à vos amis seulement; ou "Personnaliser".
Peut-être une des premières options vous convient-elle, mais pour comprendre le principe de tous ces choix, cliquez sur "Personnaliser":

Vous voyez apparaître une boite de dialogue "Confidentialité personnalisée", et en déroulant le menu ("Montrer à ces personnes"), vous voyez apparaître une ligne "Certaines personnes".
Choisissez la.
Juste en dessous apparaît une case: "Entrez un nom ou une liste"

Si vous avez pris soin, comme proposé plus haut, de créer une ou plusieurs listes d'amis, et si cette ou ces liste(s) ne sont pas vides, tapez les premières lettres du nom d'une liste, sélectionnez la et confirmez: désormais le paramètre "A propos de moi" a en face de lui le nom de la liste sélectionnée.

Le reste des réglages s'effectue de la même façon, ce qui est assez long.

Le principe est le même pour les "coordonnées" (et pour "Amis, identifications et connexions" si vous avez cette sous-partie).

- "Applications et sites web":
Ces réglages concernent les applications prises globalement; par ailleurs on peut régler les paramètres de chaque "application" dans la ligne de menu suivante ("Paramètres des applications" - voir plus loin "D").
Regarder notamment la deuxième ligne ("Ce que vos amis peuvent partager") et le réglage de la cinquième ligne ("Activité des tableaux de bord des applications et des jeux").

- "Recherche":
 . La première ligne permet de ne pas être trouvé lors d'une recherche sur Facebook (mais il est alors impossible à des connaissances de demander à devenir votre "ami", il faudra que ce soit vous qui preniez l'initiative, et vous ne le pourrez que si eux mêmes ne se sont pas cachés de la même façon!

 . Il est conseillé de décocher, pour la deuxième ligne ("Résultats de la recherche publique") la case "Autoriser". Ainsi vous n'apparaîtrez pas dans Google, mais seulement dans Facebook. Cela ôtera - en partie - la possibilité de vous trouver aux personnes n'ayant pas un compte Facebook. Je dis "en partie" parce que certaines "pages" Facebook (à ne pas confondre avec les "comptes" Facebook) donnent indirectement accès au moteur de recherche sur les comptes.

D - Ligne du menu Compte "Paramètres des applications"

Cette partie est assez particulière, et je la connais mal. A noter, en haut de la colonne de droite, un menu déroulant qui permet de faire apparaître toutes les applications.
Peut-être cette page est-elle vide pour vous si vous n'utilisez aucune application; mais il me semble que Facebook en installe quelques unes par défaut.

Les "groupes" méritent une attention particulière, car ils peuvent être une source de "non confidentialité"; il y a sans doute lieu de contrôler soigneusement ce qui les concerne.

(Nota: les "groupes" sont différents des "pages": on devient "membre" d'un groupe, et "fan" d'une page; on peut gérer qui est membre d'une page qu'on a créée, alors qu'on ne le peut pas pour un groupe; préférez donc les pages!) (4).

 

Pour conclure cette partie sur la confidentialité, il est navrant de constater combien de gens ne protègent pas leurs données: ils laissent par exemple leur liste d'amis visibles de tous. Pire, certaines jeunes filles donnent à tous des renseignements tels que leur ville de résidence (l'annuaire téléphonique permet alors souvent de trouver le complément) ou indiquent même à tous leur téléphone !

 

Qui accepter comme ami?

Maintenant que vous avez bien réglé Facebook, voyons quels conseils on peut donner en ce qui concerne les amis.

Les débutants sur Facebook sont souvent passionnés par deux choses: d'une part les innombrables applications qui permettent de s'amuser d'une façon ou d'une autre (attention aux données que vous communiquez), et d'autre part le nombre d'amis: certains cherchent à tout prix à augmenter ce nombre, en acceptant le maximum de gens.

Il me semble au contraire que la bonne utilisation de Facebook est de n'y accpeter comme amis que des gens avec qui on a déjà des contacts "à l'extérieur": gens que l'on connaît dans la vie réelle et avec qui on sympathise ("gens que l'on aime, ou aimerait, inviter chez soi"); ou personnes que l'on connaît depuis un certain temps par mel, ou par des forums, et en qui on a confiance.

En ce qui me concerne, mon plaisir d'être sur Facebook est que j'y retrouve, outre ma famille proche - dispersée éventuellement à travers le monde, quelques amis que j'ai depuis longtemps eu l'occasion d'apprécier.

Un des problèmes quand on a trop d'amis est que la page "d'accueil" est envahie chaque jour d'une grande quantités "d'informations" nouvelles pas vraiment passionnantes, surtout si certains amis sont très "actifs".

Je ne considère pas Facebook comme un lieu pour "socialiser" avec des personnes que je connais et estime, certes, mais qui ne sont pas déjà dans mon premier cercle d'amis... Facebook est en somme pour moi un complément des amitiés existantes, et non - pour l'instant en tout cas - un moyen de développer des relations amicales avec de nombreuses personnes: d'une part en raison de l'encombrement d'informations que cela produit, et surtout parce que - c'est bien connu - on ne parle pas de la même façon suivant ceux à qui on s'adresse: j'aime pouvoir parler simplement sur Facebook de ce que je fais, sans avoir à me dire après: "Zut, mon patron est dans mes amis, je n'aurais pas dû dire cela!" (exemple fictif: je suis retraité!). Il pourra arriver un jour qu'il y ait certaines choses que vous voulez partager avec certains de vos amis et pas avec tous. Si Facebook est trop ouvert, cela devient pratiquement impossible; ou alors vous restez superficiel.

Une autre raison qui amène à déconseiller la multiplication des amis, ce sont les problèmes de ruptures d'amitiés, de difficulté de gérer les relations simultanées avec des personnes qui sont maintenant brouillées entre elles (p.ex. anciens amants), etc. Un blogueur américain avait expliqué un jour qu'il quittait Facebook parce que ces problèmes de relations devenaient ingérables pour lui.

Il faut garder en tête - j'aurais pu le dire plus haut - que les commentaires que vous ferez à propos de quelque chose qui est dit par un de vos amis, sera vu par les amis de cet ami... Donc vous ne maîtrisez pas vraiment la diffusion de ce que vous partagez sur Facebook (J'aurais aussi pu parler des photos, pour lesquelles cela se pose de la même façon - certains déconseillent pour cette raison de mettre quelque photo d'enfant que ce soit sur Facebook...).

Il est parfois délicat de refuser quelqu'un qui demande à être votre "ami", surtout si vous avez déjà accepté des personnes qui font peu ou prou partie du même groupe social et qui se connaissent les unes les autres.
Une solution est alors de créer - en utilisant les "listes" mentionnées en II A ci-dessus - une ou des listes "profil limité"; ou encore, comme je l'ai suggéré parce que cela me paraît la méthode la plus efficace, une liste "profil complet" dans laquelle vous ne mettrez que certains de vos amis. Et de régler en conséquence les paramètres de confidentialité.

Chaque fois que vous pouvez refuser, refusez ! (En expliquant que vous réservez Facebook pour des relations avec quelques amis proches, et que sinon cela deviendrait trop fouillis). Proposez si possible des solutions alternatives (forums,..)

Additif - Une solution complémentaire qui peut intéresser certains: si vous avez de nombreuses relations dans un milieu particulier (p.ex. une association), vous pouvez envisager d'ouvrir un deuxième compte Facebook, destiné principalement ou uniquement à vos relations avec les membres de cette association.

Additif 2 - Voyez aussi mon article de blog sur le bouton Facebook qui apparaît sur certains sites, et notamment le Post Scriptum 2.

Additif 3 - Je découvre le site Reclaimprivacy, qui permet de "scanner" l'ensemble des préférences. Ce site me paraît sûr (code source public etc.). Il m'a fait découvrir un réglage que j'avais mal réglé ci-dessus ("Ce que vos amis peuvent partager": présence en ligne etc.).

_________

Une brève information annexe: si vous désirez créer une "page" sur Facebook (pour une association, etc.), il faut aller en www.facebook.com/pages/create.php
Les "pages" sont publiques et répertoriées dans Google.

 

NOTES

(1) Par exemple il faut aussi que ceux que l'on a accepté comme "ami" aient également bien réglé leurs paramètres! Et de toute façon les amis de chacun de vos amis vous voient sur sa liste d'amis.       Retour au texte
(2) Et aussi une rubrique "Rechercher des amis", moins utile.   Retour au texte
(3) Même des personnes non inscrites à Facebook peuvent dans certains cas voir une partie des amis d'une personne inscrite!   Retour au texte
(4) L'appellation 'fan' est remplacée depuis mi-avril 2010 par la simple mention 'j'aime'.    Retour au texte

Nota: Facebook a pas mal évolué depuis le billet que je lui avais consacré il y a deux ans, sur mon blog "Parler du web", qui est largement périmé.
      13 04 10 - Commenter sur le blog

Communication par mail:
les bons usages

On trouvera ci-après une liste de conseils et de règles d'usage en ce qui concerne la communication par mail.
Ce texte complète la réflexion de fond figurant sur le site "Choisis d'aimer".
On distinguera des "règles générales" applicables dans tous les cas; des "règles en cas de problème", à appliquer méthodiquement si un mel que vous recevez vous hérisse ne serait-ce qu'un peu; et enfin, à ne pas négliger, des "règles diverses".

Vos remarques et compléments sont bienvenus sur le blog.

I - Règles générales
- Relevez votre courrier avant d'envoyer le vôtre: peut-être y a-t-il dans le courrier qui arrive des éléments qui vont modifier ce que vous vouliez dire... Ce serait dommage que cela se croise avec le vôtre.
- Lisez tous les courriers que vous avez reçus avant d'envoyer une réponse. Cette règle s'applique notamment au sein d'un groupe avec plusieurs intervenants; rien n'est plus énervant pour les membres du groupe que de voir un participant répondre à la première question qui a été posée, alors que 3 ou 4 éléments complémentaires ont été postés depuis, et que ce participant ne les a manifestement pas lus.
- Relisez-vous, plutôt deux fois qu'une, avant de déclencher l'envoi. Après il sera trop tard...
- Vérifiez l'adresse que vous avez mise comme destinataire! Il peut être fort gênant de se tromper de destinataire: alors, vérifiez avant de cliquer sur "envoi"!
- Evitez les majuscules: cela donne à vos destinataires l'impression que vous criez!
- Un message mel doit être rédigé comme un écrit: on a tendance à rédiger vite, comme on parle, mais celui qui recevra le message sera dans un état d'esprit différent.
- Commencez toujours par une formule de politesse, ne serait-ce que "bonjour Untel", même si vous échangez quarante messages avec ce correspondant dans la journée. Et finissez de même toujours par une formule de politesse. Vous ne savez pas du tout quel sera l'état d'esprit (les problèmes,..) de votre correspondant à l'instant où il lira votre message. Prenez le temps d'écrire poliment. Ne donnez pas l'impression que vous lui donnez des ordres (Exemple: "Merci de noter que..").

II - Règles en cas de problème
Si un courrier que vous recevez vous fait bondir ou vous rend furieux, prenez le temps de réfléchir!
- Attendez 24h avant de poster votre réponse: c'est vraiment là la règle majeure, que vous ne regretterez jamais d'utiliser, et qui est souvent mentionnée au sein de notre association Eklesia.net.
C'est le lendemain seulement que vous arriverez à voir ce qu'il y a peut-être de juste dans la position de l'autre.
Bien sûr, sur des points techniques urgents, vous pouvez poursuivre l'échange, mais n'indiquez pas vos sentiments avant d'avoir pris le temps de mûrir votre texte. Votre interlocuteur aura eu lui aussi, le cas échéant, le temps de se calmer.
Rédigez une première réponse, puis améliorez la au fil des heures. Vous pourrez tenir compte des conseils suivants:
- On discute mieux en bilatéral: évitez d'associer des tiers à votre discussion.
- Commencez si possible par des aspects positifs: deux remarques positives font passer plus facilement une critique qui les suit.
- Essayez de parler à la première personne: "J'ai ressenti ceci", et non pas "vous êtes quelqu'un comme ceci et comme cela" (voir à ce sujet tous les travaux de Jacques Salomé).
- Essayez d'être le plus précis possible, de bien délimiter sur quoi porte la différence de vue.
- Parlez... comme vous parleriez à un ami cher ! Cela peut paraître invraisemblable, mais si votre réponse passe à travers ce filtre, vous aurez progressé dans une attitude d'acceptation de l'autre. Imaginez que c'est à un jeune frère très cher que vous écrivez (ou à un petit fils adoré, si vous êtes plus âgé). Et donc exposez votre point de vue très amicalement!

III - Règles diverses
- Sachez utiliser le champ "Copie cachée"; si vous ne savez pas vous en servir, voyez par exemple ici.
- Mais n'abusez pas de la copie cachée. Vos correspondants aimeront en général savoir à qui d'autre vous avez écrit.
- Evitez les "pétitions", qui diffusent des commentaires sur quelqu'un sans avoir d'abord pris contact avec le principal intéressé.
- Ne répercutez pas à vos correspondants des diaporamas ou des messages que vous jugez drôles (ou inquiétants). Ils n'ont pas nécessairement le temps ni l'envie d'utiliser Internet pour ce genre d'usage.
- Avant de transférer un message issu d'une chaîne de diffusion vérifiez que ce n'est pas un canular, en consultant les sites spécialisés (notamment Hoaxbuster.com). Dans l'idéal abstenez vous de transférez les messages venus d'une chaîne de diffusion ou alors interrogez-vous sur les enjeux et l'importance d'une telle rediffusion.

Cette liste devra certainement être complétée.

   24 01 11 - Commenter sur le blog
Voir aussi: La communication par email.

iPad: deux applis pour s'informer

Pour suivre l'actualité, l'application Hitpad (gratuite) est une synthèse intéressante de Google, Twitter, Youtube etc. Il faut taper un mot (p.ex., au hasard, "Lybie" ou "tsunami"), et on voit apparaître les derniers tweets et les derniers articles, dont on a le texte complet en cliquant; c'est surtout efficace sur les sujets les plus récents. La mise en page est bien adaptée à l'iPad.
Pour ceux qui lisent l'anglais, l'application Zite (gratuite) est un magazine personnalisé, où vous choisissez de façon très souple les domaines qui vous intéressent. Zite vous propose alors plusieurs dizaines d'articles dans chaque catégorie, tirés de sites ou de blogs; en cliquant sur le début du texte on ouvre une page avec l'article complet. Cela permet de découvrir de nombreuses sources nouvelles, et est très enrichissant. Et il y a aussi parfois des textes en français...
   20 05 11 - Commenter sur le blog
Voir aussi: A propos de l'iPad.

Ebooks, Kindle etc.

Alors que l'IPad sera bientôt disponible en France, j'ai essayé de faire le point sur les solutions de lecture de livres sur support électronique.
Le logiciel Ibooks d'Apple n'est pas encore disponible en France, et ne fonctionnera sans doute que sur IPad (et Iphone?). Par contre "Kindle" d'Amazon n'est pas seulement un appareil concurrent de l'IPad, mais aussi un logiciel gratuit que l'on peut installer sur son PC ou son Mac (ainsi que sur son Iphone ou IPad).

La plupart des formats de livres électroniques sont lisibles avec le Kindle (logiciel ou appareil) et avec l'IPad. Des logiciels tels que Stanza desktop (Mac et PC) permettent de faire les conversions nécessaires.
La question principale qui m'intéressait était de voir dans quelle mesure ces solutions permettent de i. Mettre des signets ("bookmarks") à certains endroits d'un livre; ii. Ajouter des annotations "en marge" du livre: et iii. Copier et coller des passages du livre pour en faire facilement des citations.

Le logiciel Kindle pour PC permet d'ajouter des signets et de créer des annotations associées à une page du livre. La version Mac ne le permet pas encore. Par contre Kindle ne permet aucun copier-coller, les pages étant des images où l'on ne peut pas sélectionner de texte. Le logiciel Ibooks permet je crois le copier-coller, mais cela reste à confirmer.

Pour contourner l'impossibilité de copier un passage de texte, j'ai téléchargé un logiciel gratuit de reconnaissance de caractères ("OCR"), "PDF OCR X", qui à partir d'une image extrait presque instantanément le texte. Il me suffit dès lors de faire une copie partielle d'écran, d'un extrait du livre ouvert dans le logiciel Kindle, et de confier cette image à PDF OCR X. C'est un logiciel Mac, mais je pense que chez VersionTracker on doit pouvoir trouver des solutions équivalentes pour PC.

Reste alors à faire provision d'Ebooks gratuits ou pas chers. L'offre française est un peu difficile à trouver, mais existe. Amazon propose quelques livres gratuits, et a un autre service intéressant: télécharger un extrait gratuit pour se faire une idée; on peut ainsi parcourir un certain nombre de pages d'oeuvres nombreuses, et les découvrir ou redécouvrir.

Noter aussi que pour un certain nombre de livres relativement anciens, Google books propose parfois d'en lire le contenu en ligne, intégralement ou en partie, et que Amazon.com (surtout US) permet de lire des extraits de certains livres récents ("look inside").
Voir aussi les sites mentionnés par Korben dans ce billet.

4.09.10 - Une difficulté quand on lit sur logiciel Kindle (ou sur Kindle), c'est que la notion de page n'existe pas. Je lis un livre de Brian McLaren, et veux citer un passage: Kindle me dit seulement que je me trouve aux "positions 318-324", soit "11%" de tout le livre..
      16 05 10 - Commenter sur le blog

Extensions Firefox

Parmi mes extensions Firefox: ToomanyTabs, Undo Closed Tabs Button,Taboo, Clear Cache Button, Download Statusbar, Duplicate Tab, Gestionnaire de session; Similarweb; Cooliris; Add to Search Bar; FlagTab; FaviconizeTab; Aging Tabs; Link Gopher; Readability (très bien pour lire les blogs à fond noir!); Fast Dial, Scrapbook, Zotero, Remove It Permanently; QuickRestart.
Et pour le travail technique: Web Developer, Firebug, CSSviewer, Colorzilla, Source Viewer Tab; LinkChecker.
Par contre j'ai désactivé SurfCanyon qui produit des résultats de recherche erronés sous Google (en tout cas avec mon "moteur de recherche dans les sites chrétiens", pour "Calvin", à partir de la page 2 !)

Voir également sur le blog "Parler du web" les différents billets consacrés aux extensions Firefox.
      9 02 09 - Commenter sur le blog

Zotero, quand même...

J'avais cessé d'utiliser Zotero... parce que c'est une extension Firefox! Cela peut en effet poser problème si un jour une nouvelle version de Firefox considère que cette extension n'est plus compatible: on risque de perdre toutes ses archives, j'y reviens plus loin.

Zotero permet de classer, pour soi-même, les pages web ou les fichiers de tout type que l'on a envie de conserver: il peut s'agir soit d'une copie d'écran soit d'un lien vers l'objet. Le système permet les classements multiples d'un même objet. La classification est facile à développer et à modifier. On peut associer des notes à chaque objet, et annoter les copies de pages web..

Je suis revenu à Zotero parce qu'au fond les autres systèmes que j'utilisais n'étaient pas satisfaisants: Delicious, qui me sert à garder trace de pages web intéressantes, est public et ne comporte pas de classification mais des mots-clefs. De même PearlTrees et TrailFire sont publics.

Pearltrees m'ayant redonné l'envie d'une classification d'ensemble, seul Zotero me la donne en association étroite avec mon navigateur.

Le nouveau "partage des tâches" auquel j'aboutis est le suivant: en parallèle à Zotero, dans lequel je note ce qui correspond à mes centres d'intérêt actuels, je mets dans Delicious ce qui peut intéresser "mes lecteurs" (les personnes qui sont abonnées à mes fils RSS). Pearltrees, finalement, ne me sert pas vraiment pour l'instant malgré son côté "carte mentale", et Trailfire guère plus, contrairement à ce que j'indique dans l'article ci-dessous.

Pour en revenir à Firefox, un problème général que j'ai à son sujet est que lorsqu'il installe une nouvelle version, il signale les extensions qui ne sont plus compatibles mais ne propose apparemment pas de revenir en arrière!
De sorte que je suis obligé d'utiliser un ordinateur de secours pour tester d'abord la mise à jour, et décider si je mets à jour Firefox sur mon ordinateur principal, ou si j'attends que l'extension elle-même ait reçu une mise à jour!

3.06.09 - Zotero peut aussi servir d'excellent marque pages, grâce à ses dossiers et sous-dossiers faciles à organiser, et à la possibilité d'alias (une même page peut être classée dans plusieurs dossiers).
      29 05 09 - Commenter sur le blog

Google Wave, sans doute une bonne idée

Précisons tout d'abord que je n'ai pas encore eu l'occasion d'essayer Google Wave. Pour ceux qui ne connaissent pas, et d'après ce que j'en ai compris, cela semble constitué de "dossiers" qui contiennent des échanges style mel ou chat, mais aussi des pièces jointes, et qui "remontent en haut de la pile" dès que l'une des personnes associée à l'échange y ajoute quelque chose.
L'idée me paraît très intéressante, dans divers contextes:
- Dans le domaine du mel, d'abord, où cela permet une richesse d'échanges plus grand, et la réunion en une seule "wave" (traduction à venir? Wave veut dire "vague", mais la comparaison n'est pas complètement adéquate) des divers courriers relatifs à une question donnée.
- Cela pourrait aussi, on peut en tout cas en rêver, s'appliquer à l'information. Vous avez lu il y a 8 jours que des pilotes avaient dépassé leur aéroport de destination sans répondre aux appels radio. Comment retrouver, dans les jours suivants où l'info aura quitté les gros titres, la suite qui y aura été donnée? Un "wave-like" (une sorte de variante de Wave) pourrait permettre, un peu comme un super RSS, de voir s'accumuler dans votre "dossier" ce qui concerne cette affaire. Cela répondrait en somme aux critiques qui remarquent que l'information permet rarement d'approfondir une question, l'actualité nouvelle chassant l'ancienne.
- Et enfin cela pourrait peut-être un jour changer la pratique des blogs! Car là aussi, on joue l'info "nouvelle", et on ne regroupe pas facilement en dossiers de fond ce qui concerne une même question.
(C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai remplacé, pour l'essentiel, mes blogs par ce site...).
      29 10 09 - Commenter sur le blog

Scrapbook, extension précieuse pour Firefox

Je n'ai découvert Scrapbook que récemment. Cette extension Firefox permet de surligner, annoter et dans une certaine mesure modifier une page web, le résultat étant une autre page web qu'il est ensuite facile d'adresser à un correspondant. La qualité des surlignages et des annotations est très supérieure à ce que je connaissais par ailleurs. Un outil bien pratique.

Exemple d'annotation

Je parle ici en tant qu'utilisateur Macintosh; je n'ai pas vérifié si sous PC le résultat du travail avec Scrapbook est aussi facile à transmettre. La page proprement dite est bien-sûr accompagnée d'un dossier comprenant les images et la feuille de style, mais dans les cas où il s'agit principalement de commenter un texte il n'est souvent pas nécessaire de le transmettre; d'autant qu'un outil gomme et un outil "DOM" permettent d'éliminer de la page toutes les phrases, zones et colonnes non nécessaires... Voici un exemple de résultat.
      11 05 09 - Commenter sur le blog

"Slideshows" en musique

Plusieurs sites permettent de créer à partir de vos photos, et d'une musique de votre choix, une animation diffusable à vos amis ou en ligne, et en général insérable sur un blog.
Animoto est le plus classique, avec des transitions peut-être un peu brusques entre images. Stupeflix est intéressant. Jimiishappy a des effets variés, mais avec une taille d'affichage assez petite; le résultat est en outre parfois défectueux.

Regardez bien si l'animation sera ou non visible par tous (ce n'est pas toujours clair); choisissez de préférence une musique "libre de droits" (on en trouve en vente, sous ce nom; le meilleur site est ClassicalMusicMobile, qui mérite de toute façon d'être connu). Pour les images, lisez bien les conseils donnés: vous gagnerez beaucoup en temps, et aussi en résultat.
Sur Mac, vous pouvez aussi utiliser IMovie, dont les effets sont analogues à ceux de l'économiseur d'écran.
      13 07 09 - Commenter sur le blog

Facebook: diffusion à la carte

Il est possible de créer dans Facebook, au sein de ses amis,   des  "listes",    et   de ne diffuser certaines informations qu'à telle ou telle liste (p.ex. "famille", "Tennis" etc.). Mais on ne peut pas diffuser un billet donné à plusieurs listes.

Pour créer une liste, cliquez sur votre photo pour accéder à la page de votre profil, puis, dans les titres d'en haut (sous votre nom), cliquez sur "Amis" (Le nombre d'amis apparaît là). A côté de chaque ami apparaît à droite un rectangle; si vous passez la souris dessus sans cliquer, un menu vous est proposé, avec notamment une ligne "Ajouter à une autre liste". Cliquez! Il apparaît un menu avec, tout en bas "+Nouvelle liste"; appelez-la comme vous voulez, par exemple "Vacances 2013"; il vous reste ensuite à ouvrir ce menu pour chacun de ceux que vous voulez rajouter à cette liste.
Une fois revenu à la page d'accueil, quand vous écrirez un billet, vous verrez un rectangle à côté de "Publier"; cliquez sur ce rectangle: il vous proposera quelques listes, et comprendra à la fin: "Afficher toutes les listes". Vous pourrez alors choisir votre liste "Tennis" ou "Vacances", et seuls les amis pour lesquels vous avez coché l'appartenance à cette liste verront votre billet.

Je viens pour ma part de rajouter une liste "religion": je peux ainsi diffuser certains billets seulement à celles et ceux que je pense intéressés par ce sujet.

Parmi les "listes" proposées par Facebook il y a "public": si vous choisissez cette diffusion, votre billet sera visible par tout utilisateur de Facebook (sauf si dans les préférences vous avez choisi de ne pas pouvoir être trouvé!). J'aime bien cette page publique, où j'ai quelques fans. Mais un billet diffusé à une liste autre (par exemple "Famille") n'y apparaîtra pas.

Comme cette partie publique de mon site concerne surtout le christianisme, j'ai une difficulté lorsque je limite la diffusion d'un billet à une liste autre que "public": en particulier un billet destiné (j'espère que vous me suivez) à la liste "christianisme" n'apparaîtra pas sur la partie publique de mon site!
J'ai contourné en partie cette difficulté en utilisant, en plus de mon compte Facebook, une page publique Facebook, qui est visible par tout internaute, et est indépendante du compte Facebook: n'y apparaissent que les billets que j'écris spécialement pour elle.
   12 avril 14 - Commenter sur le blog.

Suivre les nouveautés, sans fil RSS

Il existe des circonstances où l'on souhaite suivre les nouveautés d'une page web, mais où aucun fil RSS n'est disponible

Des logiciels spécialisés permettent d'être informé dès que des changements interviennent sur une certaine page web.
Pour Macintosh, le plus commode me semble être SunFlower, qui comprend des filtres permettant d'éliminer les zones auxquelles on ne s'intéresse pas (p.ex. zones de publicité, etc.). Pour choisir un logiciel PC, se reporter à ce tableau; le premier logiciel cité, Website Watcher, fonctionne de façon satisfaisante (bien que beaucoup moins ergonomique que Sunflower).

Sur le site plestang.com, la page "liste des textes classée par date" est typiquement de celles qu'il peut être intéressant de suivre avec un tel logiciel, car les nouveaux textes ajoutés sur le site y sont toujours mentionnés, alors qu'il ne font pas toujours l'objet d'un billet de blog.
Il en va de même de la page "Notes brèves".
      29 05 09 - Commenter sur le blog

Un bon logiciel de dessin

ArtRage, dont la version de base est gratuite et qui existe pour PC comme pour Mac, est un excellent logiciel de dessin, à la fois adapté aux artistes ... et aux enfants, qui adorent s'en servir tant on peut faire des choses amusantes avec. La version payante, plus complète, coûte 20 euros.
      28 10 09 - Commenter sur le blog

Bizarrerie de
moteurs de recherche Google

Les pages de ce site et notamment la page d'accueil comportent sous le bandeau supérieur des cases de recherche utilisant des moteurs de recherche personnalisés Google.
Pour une raison que je n'ai pas pu déterminer en tout cas pour l'instant, la page d'accueil de ce site n'est pas incluse dans les résultats de recherche de ces moteurs! (Alors que le moteur "normal" Google l'inclut sans problème..).
En attendant que je découvre éventuellement quelle est la cause de ce phénomène, il faut donc, quand vous êtes sur la première page, utiliser la recherche de votre navigateur (Internet Explorer ou autre).

Désolé pour cet inconvénient, d'autant que la première page comprend de nombreux textes: "mini-blog" et "journal"!
    6 12 10 - Commenter sur le blog

Hypercard, LiveCode...

Je viens d'avoir l'occasion de décrire en quelques lignes ce que sont les langages de programmation de type Hypercard et "Revolution" (maintenant "LiveCode"), qui utilisent notamment une notion de "pile".
Je reproduis mon texte ici:

Il y a longtemps que les utilisateurs d’Hypercard sont passés à "Revolution" (désormais renommé "LiveCode"), qui continue à progresser.
LiveCode est maintenant déployable sur le web, etc!

Le mot "pile" est une métaphore pour l'interface de base, à laquelle on attache tous les bouts de code. Disons que l’objet de départ est un rectangle sur lequel on place des boutons (pour des actions) et des champs (pour écrire ou pour qu’apparaissent des résultats). Ce "rectangle" peut être comme la première page d’un cahier, dont les autres pages auront – ou non – les mêmes boutons et champs (c’est cet ensemble de rectangles dont on ne peut voir qu’un à la fois qu’on appelle "pile"). Le langage, proche de l’anglais, est facile à apprendre. Hypercard était déjà très puissant (believe it or not, il y avait des usines et des entreprises entières tournant avec).
Et LiveCode est beaucoup plus professionnel (mais cher: Hypercard était gratuit et a contribué au succès du Mac).
Je m'en sers presque tous les jours, pour utiliser des petits programmes que j'ai créés, ou pour en créer de nouveaux.
   11 01 11 - Commenter sur le blog.

 

Image de nuages extraite d'une photo de Roland Trenzel