Retour à la page d'accueil du site plestang.com

Christianisme > Bible

Etudes bibliques par mel

En partant des discussions du groupe biblique de ma paroisse, je diffuse par mel des études bibliques: vous trouverez sur cette page des exemples de ces études et un lien vers la page de téléchargement.

Une adaptation des évangiles

J'ai réalisé, entre 1980 et 2002, une adaptation complète des évangiles, qui peut maintenant être lue en ligne.
Voir ici.

Mérite un coup d'oeil!
Et peut aussi être téléchargée à partir de la page http://www.jesus-amour.org/.

Soirées bibliques

En 2010-2011, une fois par mois, une soirée était organisée dans la paroisse pour lire ensemble les textes du dimanche suivant, et échanger à leur sujet.
En 2011-2012, les rencontres ont été thématiques: p.ex. "l'eucharistie", etc., avec des textes bibliques diffusés à l'avance sur ce thème.

La sélection comprenait toujours quelques passages du Premier Testament, ce qui permet de le faire découvrir à certains participants.

On trouvera les textes de présentation que j'ai utilisés dans ce dossier.

      30.09.10 - Commenter sur le blog

Voir aussi: Quelques prières universelles

Traductions, traductions...

Il m'arrive fréquemment d'être insatisfait par la façon dont telle ou telle traduction de la Bible rend un verset que je suis en train de lire ou d'entendre. Dernier exemple vécu: dans la traduction liturgique, 2 Corinthiens 9,11 donne l'impression que c'est Paul qui fait monter l'action de grâces pour les dons des Corinthiens:
"Il vous enrichira en tout pour que vous soyez généreux, avec cette simplicité qui, par nous, monte vers Dieu en action de grâce".
La traduction TOB présente à peu près le même risque de mauvaise interprétation, mais avec le futur: "Vous serez enrichis de toutes manières par toutes sortes de libéralités qui feront monter par notre intermédiaire l'action de grâce vers Dieu."
Heureusement il y a des traductions, telle la Nouvelle Segond, la Jérusalem, la BFC et la "Parole de Vie", où l'ambigüité du grec a été vue, et où on a rédigé le texte français à peu près comme suit:
"Vous serez ainsi riches de tout, pour toute la générosité qui produira, par notre intermédiaire, des actions de grâce envers Dieu." (Nouvelle Segond)
Ou encore (Jérusalem): ".. toutes les générosités, lesquelles, par notre entremise, feront monter vers Dieu l'action de grâces."
Ce sont en effet les chrétiens de Jérusalem qui rendront grâce pour les dons que Paul va leur apporter..
J'ai rassemblé sur un ancien site de nombreuses remarques sur la traduction liturgique, et j'avais aussi débuté un blog sur ces problèmes de traduction. Mais la tâche est vaste, et la situation un peu décourageante (je n'ai jamais eu d'écho à mes remarques, que j'avais transmises aux autorités compétentes).
Il reste du chemin à faire pour permettre aux chrétiens de s'approprier vraiment les textes,... en les comprenant!
      17 06 09 - Commenter sur le blog

Traduction: lire, ou entendre

En lisant, pour la lecture de ce jour (Romains 11,28-29), le texte de la traduction liturgique, je constate combien elle comporte, sur ce passage, d'erreurs logiques (présence ou absence de conjonctions, utilisation des temps, ..) rendant le tout complètement hermétique (au-delà des points que j'avais soulevés dans mes commentaires).
Du coup j'ai regardé ma propre traduction, et suis obligé de constater que, si elle est acceptable sur le plan littéraire (et de celui du sens, bien entendu), elle serait - pour ce passage - difficilement lisible publiquement.
Comme quoi le style d'un texte écrit et celui d'un texte destiné à être lu sont différents: ce que je sais bien, et dont je tiens compte quand je prépare un exposé public. Mais dont je n'ai pas tenu compte dans ma traduction des Romains; n'envisageant pas, il est vrai, qu'elle puisse être lue publiquement.
Cela pourrait valoir la peine de la reprendre de ce point de vue, pour aboutir à un texte ayant les deux qualités. Car après tout un texte destiné à être lu publiquement peut aussi convenir pour la lecture privée; à condition d'avoir en tête qu'il est écrit en fonction de la proclamation. C'est le cas de la traduction liturgique, certes, mais elle comprend vraiment beaucoup, beaucoup d'inexactitudes ou de maladresses.
      31 10 09 - Commenter sur le blog

Un quiz sur les évangiles

Si vous voulez vous entraîner à connaître le contenu des chapitres des évangiles, ce quiz est pour vous!
Certaines questions sont du type: "Dans quel chapitre de Matthieu se trouve le Notre Père?" D'autres (la majorité pour l'instant) interrogent sur le contenu des chapitres. Pensez à rafraîchir la page pour voir apparaître une nouvelle question.

Choisir une Bible

Parmi toutes les traductions et toutes les éditions de la Bible qui existent, comment s'orienter?
Ce texte à télécharger vous aidera à choisir, en tenant compte notamment des introductions à chaque livre de la Bible et des notes de bas de page, parfois très limitées dans les éditions de poche.

Bibles en ligne

Il est possible, en cherchant un peu, de trouver sur Internet de nombreuses traductions de la Bible, présentant des caractéristiques différentes.
Le site de base, pour qui veut travailler sur la Bible en ayant accès à de nombreuses versions, est la "Unbound Bible", où l'on peut consulter non seulement la Bible de Jérusalem et la Bible Segond 1910, mais aussi des versions en grec et en hébreu ainsi que des bibles en de nombreuses langues.

Un autre site utile est celui de l'Alliance biblique française, qui propose la Traduction oecuménique de la Bible, la nouvelle Bible Segond (NBS), la Bible en Français courant et la Bible "Parole de vie" , ainsi que le texte complet, avec notes et encadrés, de la NBS "édition d'étude".

Pour certains usages il peut être pratique de faire appel à la Bible Segond 1910 en version html. J'ai utilisé cette version pour commencer à annoter (avec Diigo) le début de l'évangile de Saint Matthieu: voir ici - attendre que la page soit entièrement chargée et passer la souris sur les mots surlignés.
Noter que ce genre de commentaires rendus publics va dans le sens de ma proposition "Pour des commentaires publics collectifs".

Enfin il faut signaler la "Bible des peuples", qui comprend également les introductions de cette bible (mais pas les notes). Cette version en ligne comporte en outre les références croisées entre passages (par exemple de Isaïe vers l'évangile, etc.), qui sont cliquables: il s'agit d'un outil intéressant de ce point de vue. Le même site propose par ailleurs des introductions générales à la lecture de la Bible (historiques, archéologiques etc.), ainsi qu'un certain nombre de cartes.

Voir également, sur Lexilogos une longue liste de bibles en ligne, dont par exemple la Bible de la liturgie.

Autre site intéressant, http://saintebible.com/ qui permet dans sa version "parallele", de faire un lien vers un verset précis: exemple http://saintebible.com/matthew/7-14.htm
      31.09.09 - Commenter sur le blog

Voir aussi: Une Bible facile à consulter

Notes bibliques

Ci-après des notes, remarques et questions de nature diverse sur des passages précis de la Bible.

Genèse
2,15: Ne pas manger d'un des arbres: pour vivre il faut assumer des limites pour que l'Autre ait sa place (A.Wénin)
2,21: Dieu tire Eve du côté d'Adam et non de la côte (A.Wénin - et la TOB le reconnaît indirectement en note.. en le niant)
2,23: Adam parle de la femme, et non pas à elle ni à Dieu (Wénin 2007 pp.76 sqq)
3,6: La femme se soumet en quelque sorte au serpent, alors que Dieu a dit "soumettez les animaux" (1,28). (A.Wénin)
29,25: Jacob est trompé par Laban ... comme il a trompé lui-même Isaac (27,24)

Josué
6: Le septième jour (murailles de Jéricho), n'auraient-ils pas dû respecter le sabbat?

Luc 13
32-34: Il est question du renard Hérode, et aussitôt après Jésus se compare à une poule rassemblant son poulailler...

Jean 20
15: "Tu avais raison quand tu croyais que j'étais le jardinier. Je suis le Nouvel Adam. Je travaille et je surveille mon paradis." (Un moine du 13° siècle)

1 Corinthiens
1,24 - "ceux qui sont appelés": c'est à dire ceux qui se convertissent.
      Commenter sur le blog

Voir aussi http://tinyurl.com/y9z4vxd

"L'aventure de la TOB"

A l'occasion de la sortie de la nouvelle édition 2010 de la T.O.B. (voir détails sur Google), un petit livre passionnant raconte l'histoire de cette traduction et les débats qui l'ont accompagnée.
Si vous êtes un habitué des notes techniques des Bibles, si vous suivez les questions relatives à l'oecuménisme, et si les problèmes de traduction vous intéressent, ce livre vaut d'être lu: "L'aventure de la TOB - 50 ans de traduction oecuménique de la Bible", Cerf-Bibli'O , 150 pages, 8 euros.
On regrettera que les positions évangéliques (souvent hostiles à toute traduction oecuménique et dont aucun bibliste n'a semble-t-il participé à la traduction) ne soient pas présentées dans cette excellente réflexion technique. Par ailleurs certaines remarques intéressantes sur des choix de traduction (p.ex. pp. 58-59) n'apparaissent malheureusement pas dans la TOB elle-même.

Ce document permet également d'apprendre que la version "de poche" (appelée "à notes essentielles"), étant notamment destinée à une diffusion par les Sociétés Bibliques (comprenant les évangéliques), ne comprend aucune note "de fond" mais seulement des informations sur les problèmes de traduction et le cadre historico-culturel. J'avoue que je ne m'en étais pas aperçu, me servant il est vrai presque uniquement de l'édition dite "à notes intégrales".
Je prends conscience à cette occasion que la BFC et la Bible "Parole de vie" sont dans le même cas (la "Bible Expliquée" étant comme une exception, se limitant il est vrai à des sortes d'explicitations du texte).

Par nature, ce livre frise - en de rares endroits - le prospectus publicitaire. Et on pourra regretter qu'aucune mention ne soit faite, s'agissant de la diffusion de la Bible en Afrique, de la Bible "Parole de Vie", très supérieure à la BFC qui, elle, est citée (et qui est diffusée par le Cerf, contrairement à "Parole de Vie"!).
   06 01 11 - Commenter sur le blog.

Un blog de réflexions sur la Bible

Le blog "Bibliques" rassemble peu à peu de brèves réflexions sur la Bible.

Pour des commentaires bibliques collectifs, et clairs

Si l'on veut travailler en détail un passage biblique, il est bon de disposer de nombreuses bibles et de regarder, pour chaque verset ou presque, si telle ou telle d'entre elles n'a pas une note qui éclairerait les questions que l'on se pose.

Dans le texte "Vers des commentaires bibliques collectifs" je propose une méthode permettant aux chrétiens de construire ensemble un outil de travail regroupant peu à peu des questions et des réponses.

La mise en page a également son importance. Il est probablement souhaitable de quitter la présentation traditionnelle - où les notes sont en bas de page - pour une présentation en deux colonnes, avec le texte à gauche et un résumé des notes en vis à vis (le détail des notes continuant à être en bas de page). C'est dans cet esprit que j'ai mis en page les traductions des Romains et des Ephésiens que j'ai réalisées.
- 1.09.09: Voir ci-contre le travail d'annotation de l'évangile de Matthieu que j'ai commencé avec Diigo.
      Commenter sur le blog

"Pécheur", "méchant":
Henri Meschonnic, dans sa traduction des psaumes ("Gloires", DDB 2001) préfère dire: "égaré", "malfaisant", ce qui évite le jugement sur les personnes.
      Commenter sur le blog

Remarques sur la traduction liturgique

Je continue, à l'occasion, à compléter mes nombreuses remarques sur la traduction liturgique de la Bible.
Dernier ajout: "Une seule chair" (Genèse 2,24 mais aussi Matthieu 19,5-6 et Marc 10,8): la traduction liturgique dit: "ils ne feront plus qu'un", ce qui n'est pas conforme aux textes hébreu et grec, et donne une vision fausse de ce qu'est un couple.

Jean-Baptiste était-il le cousin de Jésus?

Dans l'évangile de Matthieu, les récits d'enfance ont un caractère symbolique très marqué, qui ne choquait pas à l'époque: ils sont une construction théologique cherchant à montrer que Jésus récapitule en lui l'histoire d'Israël, en utilisant de nombreuses références bibliques. Rien ne dit qu'il y ait eu effectivement un séjour en Egypte, par exemple.
Ma position, au sein du groupe biblique que j'anime, est de garder toujours les deux possibilités ouvertes: de dire que beaucoup d'exégètes ont des doutes sur l'historicité de ce qui est raconté, mais en même temps d'affirmer que ce qui est rapporté est peut-être historiquement vrai.
(Les anciens voyaient, eux, de toute façon dans ce que rapporte Matthieu une vérité importante, même si ce n'est pas "historiquement vrai").
Je me suis, du coup, posé la même question pour les premiers chapitres de Luc: sont-ils "historiquement vrais", ou s'agit-il là aussi d'une construction littéraire/ théologique? La réponse ne fait semble-t-il pas de doute: il s'agit là aussi de récits dont beaucoup d'exégètes pensent qu'ils n'ont pas un caractère historique. Leur rôle est théologique.
Jean-Baptiste ne serait, dans ces conditions, pas le cousin de Jésus (d'ailleurs l'évangile de Jean lui fait dire: "Je ne le connaissais pas" Jn 1,33).
Cela dit, les exégètes peuvent se tromper! Et donc Jean-Baptiste était peut-être réellement le cousin de Jésus.
Et c'est la phrase de Jean, rapportée ci-dessus, qu'il faut alors expliquer par son sens littéraire ou théologique...
(A noter aussi qu'il y a des chrétiens - faut-il les considérer comme "fondamentalistes? - qui n'admettent pas l'idée que ce qui est rapporté par les évangiles ne soit pas "historiquement vrai"...)
  28 10 09 - Commenter sur le blog

 

Image de nuages extraite d'une photo de Roland Trenzel