Malheur aux modélisateurs … Ils ne seront jamais clairs!

Cette allusion aux « Béatitudes » (« Bonheurs et « Malheurs » de l’évangile) veut introduire un billet de réflexion sur le site de déclaration des impôts…
Mon idée est que dans toutes les écoles où l’on forme des informaticiens, on devrait donner ce site comme base d’une semaine de travail: « Comment amélioreriez-vous ce site?« 
Pour aller directement au but: Le site comprend :
– Des ambigüités ou manques de clarté dans le vocabulaire: certains mots peuvent avoir (=ont!) plusieurs sens – ou encore, ne sont connus que des initiés!
– Des difficultés – que tout le monde a expérimenté je pense – pour circuler entre les rubriques et sous rubriques.

Mon idée est que c’est pour une part inévitable, mais que ce serait un bon exercice pour des étudiants de se frotter à la question: de découvrir notamment combien la sémantique est importante et difficile !!! Et d’autre part combien « expliquer un modèle » (= donner à l’utilisateur des clefs sur le plan du site) est difficile aussi.
J’ai peur que ces deux sujets soient négligés dans beaucoup de formations informatiques, même celles où on se soucie de modélisation.

(Un mot personnel: J’ai présidé un groupe de travail informatique international … de modélisation!)

Changer son coeur… change le monde

En cette période où la Russie vient de lancer une guerre contre l’Ukraine, je pense d’abord à la phrase de Jésus: « Ce genre de démon ne se chasse que par la prière et par le jeûne »(Mt 17,21). Donc prions; donc jeûnons.
Prier, avec un chapelet dans la poche, ce n’est pas difficile. Prions, prions!
Jeûner, c’est peut-être d’abord simplement changer une habitude alimentaire (chocolat?).

Ce que Dieu peut changer en nous, c’est notre regard, nos actes; nos paroles. Une âme qui s’élève élève le monde.
Critiquer, juger, est facile. S’ouvrir à Dieu pour qu’il fasse de nous un instrument de sa paix est plus utile.
Se centrer sur ce qui est positif: ce que font des gens pour remédier au problème. Ignorer ce qui est violent, négatif.

Se remettre entièrement à Dieu, pour qu’il fasse de nous ce qu’il voudra.

Etre douceur, amitié, aide.

Méthode 3, 6, 5 !

Cela ne vous dit peut être rien: Il s’agit, 3 fois par jour, de respirer à 6 respirations par minute, pendant 5 minutes.
Et on dit – notamment le célèbre médecin (décédé) David Servan Schreiber – que c’est très efficace pour la santé…

Je ne connaissais pas..
Ou du moins je connaissais, de nom, quelque chose qui s’appelle « cohérence cardiaque »..
Eh bien, c’est cela !

Quel drôle de nom! En entendant ce nom j’imaginais des appareils, un suivi médical, que sais-je!

Là j’ai commencé à l’essayer, simplement assis sur mon siège, en regardant mon réveil, pendant une minute: cela fait une respiration (avec une vraie inspiration) toutes les dix secondes: juste le temps de bien inspirer et d’expirer calmement.
Plus tard ce matin, je me suis allongé, et j’ai simplement pensé à ma respiration… C’est bête à dire, mais d’habitude, quand je me relaxe, je pense plus à telle ou telle partie du corps, à mes tensions, etc. Là j’ai simplement laissé ma respiration aller (et venir 😉 )

C’est très bien! Je n’ai donc pas encore vraiment pratiqué cette méthode, mais rien que le fait de penser « respiration », de penser plus à la respiration, de laisser la respiration aller, un peu plus profonde que d’habitude, au lieu de penser « tensions dans mon corps », est un changement intéressant.

« Consubstantiel au Père »

Parmi les changements dans la nouvelle traduction liturgique de la messe, celui qui soulève le plus de surprise est, dans le Symbole de Nicée (le Credo long), le remplacement de la formule « de même nature que le Père » par « consubstantiel au Père« .

Le texte latin comprend en effet ceci: d’abord « genitum, non factum » (engendré, non pas créé), puis « consubstantialem Patri« . Mais que veut dire « consubstantiel » ?
C’est la traduction latine d’un terme grec (Omo-Ousios) utilisé par le Concile de Nicée, pour affirmer que Jésus est pleinement Dieu: il a « une même substance » avec le Père; il est en quelque sorte « tiré de la substance du Père« .

Il est « un même être avec le Père« .

Jésus lui-même, en Jean 10,30 dit: « Le Père et moi, nous sommes Un« .

C’est d’ailleurs ainsi que le missel anglais et le missel allemand traduisaient: « Of one being with the father » et « Eines Wesens mit dem Vater ».

Dire « Un avec le Père » ne serait pas suffisant: car c’est de la participation à l’être même du Père dont il s’agit, et non pas d’une unité de pensée ou d’action.

La traduction « de même nature » qui était utilisée en France était donc trop vague; fausse en y réfléchissant… D’abord, le Christ a deux natures! N’est-il un avec le Père que quand il est dans sa nature divine? Mais surtout cette expression ne traduisait pas le sens fondamental de l’expression latine: elle n’affirmait pas l’unité de Dieu. Elle pouvait laisser penser que nous avons deux dieux.

« Un même être avec le Père », ou « Étant un même être avec le Père » auraient été de meilleures traductions – et auraient peut-être pu être acceptées par Rome. Il serait intéressant de savoir si ce débat a eu lieu.

Liturgie: les changements dans le texte

J’ai parlé dans un billet précédent de la brève fiche ”Changements dans la messe” que j’ai réalisée à destination des participants à la messe.

Je viens de réaliser un texte beaucoup plus complet (8 pages A4), qui décrit de façon détaillée les changements qui interviennent dans ce que dit le prêtre. J’ai pensé que cela pouvait être utile, d’une part à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent de façon plus approfondie à la messe, et d’autre part ceux des prêtres qui ne connaissent pas déjà la nouvelle version par coeur 😉 !

Pour ce travail, je me suis basé sur le livre de l’AELF paru il y a bientôt deux ans: ”Découvrir la nouvelle traduction du missel romain”, qui indique en bleu les changements.
Parmi les prières eucharistiques, le livre mentionné ci-dessus ne couvre pas les prières ”pour la réconciliation”, ”pour des circonstances particulières” ou ”pour les assemblées avec enfants”. Pour les préfaces, le livre n’en couvre que deux.

Le document (pdf) peut être visualisé (et téléchargé) en http://www.plestang.com/Changements-LiturgieV2.pdf

** Relire aussi l’intéressant texte https://www.cath.ch/newsf/traduction-missel-romain-bloquee/ .

Une fiche: Changements dans la messe

Des changements dans l’ordinaire de la messe interviendront fin novembre de cette année; c’est une longue histoire, dont je parle dans mon livre « Et si on comprenait la Messe » (voir billet de blog).

En ce qui concerne les fidèles, les changements sont assez peu nombreux, mais significatifs cependant; il faudra un certain temps pour s’y habituer.

Je les ai récapitulés sur une fiche pratique, qui est téléchargeable sur mon site http://www.plestang.com, en 3 formats:
– A4 pdf, qui s’imprime tel quel, recto verso en très gros caractères.
–  » 2 sur A4 « , qui comprend deux exemplaires de la fiche sur une feuille, à couper en deux.
– « A5 » qui est destinée à ceux qui disposent de papier A5: l’impresssion se fait alors directement recto verso; aucun massicotage nécessaire.

Voici une image de la fiche (mais aller sur le site pour télécharger!)

Service de presse de BoD

Si vous êtes journaliste, voici les renseignements pour obtenir un exemplaire gratuit d’un de mes livres:
https://www.bod.fr/presse-fr.html#smsTab_4

Appelez au téléphone Noémie Machner +33 (0)1 53 53 14 89 ou écrivez à presse@bod.fr en précisant

– le titre du livre et le nom de l’auteur
– le nom de votre média et/ou le lien vers votre blog
– votre adresse postale 

N’hésitez pas!

Un nouveau livre: « Les mots et la foi »

Je suis heureux d’annoncer la sortie de mon nouveau livre: « Les mots et la foi ».
Ce livre est destiné aux chrétiens, ou aux personnes qui s’intéressent au christianisme. C’est une sorte de dictionnaire des principaux aspects de notre foi, en plus de 500 entrées, avec le cas échéant les différentes significations d’un mot.

Il n’existe pas vraiment d’autre ouvrage de ce type. Ou alors ils sont anciens ou limités à un nombre d’entrées bien moindre .
J’ai écrit ce livre en pensant notamment à des catéchumènes à l’esprit un peu curieux, ou à des « recommençants »; et aussi à des personnes d’origine étrangère, ne connaissant pas forcément certains mots qui nous sont familiers.

Il y a des entrées simples (ex. « Angelus », « Office », etc.), et d’autres plus développées, par exemple sur l’amour, la liberté, la sexualité…

Le livre n’entre pas dans les détails en ce qui concerne la liturgie de la messe (voir mon livre « Et si on comprenait la Messe »), ni la Bible – ce serait tout un autre volume.

Voici trois exemples d’entrées; une « simple », et les deux autres avec plusieurs aspects:

Culpabilité
Se sentir coupable, par exemple parce que l’on a mal agi, ou que l’on entretient de mauvaises pensées. La culpabilité n’est pas le péché: on peut pécher sans se sentir coupable; mais aussi se sentir coupable à tort.

Confession
– (Sacrement) Autre nom du sacrement de pénitence et de réconciliation.
– (Groupe religieux) Ex.: Être de confession luthérienne.
– (Affirmation de sa foi) Ex.: La confession d’Augsbourg (1).
– (Récit personnel) Ex.: Les confessions de Saint Augustin.
Voir aussi: Profession de foi.
____
(1) Un texte fondamental du protestantisme

Prédestination
– Saint Paul, notamment en Rm 8,28-30, décrit le projet de Dieu pour les hommes: il les a « prédestinés » à entrer dans la vie auprès de lui.
– Doctrine de réformateurs protestants, écartée par l’Église catholique, selon laquelle « certains hommes sont prédestinés à la vie éternelle, et d’autres pré-ordonnés à la mort éternelle ».

Vous pouvez consulter les douze premières pages du livre sur le site de BOD, à l’adresse
Voir https://www.bod.fr/librairie/les-mots-et-la-foi-philippe-lestang-9782322155705
Un large extrait y est lisible, ainsi que la table des matières (Cliquer sur « Lire un extrait »).
Le même extrait, moins bien mis en page, est visible sur le site d’Amazon.
Dans les deux cas l’extrait comprend un des articles « longs »: Amour.

Le livre est disponible sur les sites de vente en ligne (Amazon notamment) – et sur commande dans toutes les bonnes librairies. Prix 8 euros. Il existe une version Kindle (1 euro).

Si vous êtes journaliste appelez Noémie Machner.

Les délais sont, actuellement, assez importants pour toute commande (c’est de l’impression à la demande, et l’imprimeur est surchargé – notamment en lien avec le COVID). Il faut parfois compter 2 à 3 semaines.