Un musulman ouvert

Je découvre Abdelwahab Meddeb, qui préface le livre « Itinéraire d’un soufi » (Cerf 2013).

Deux choses me frappent: le caractère très ouvert de son approche, qui ressemble, pour l’Islam, à celle des chrétiens les plus ouverts: admettant en quelque sorte la pluralité des voies, et souhaitant un enrichissement mutuel. Ouverte aussi par rapport aux femmes.
Et d’autre part son style, parfois heurté, comme gêné d’oser s’exprimer. Un autre musulman ouvert m’avait fait un jour la même impression. Peut-être pas à l’aise avec soi-même? Il est mort en 2014, et donc on peut en parler, je pense, sans l’offenser!

Approche ouverte – premier exemple:
Il est non moins vrai que la fréquentation des femmes aide à entretenir le meilleur support pour accueillir l’épiphanie divine, cet Invisible qui a besoin du visible pour se manifester. Rien que pour cela, il convient aussi d’entretenir la part féminine qui se trouve en tout homme. Et cette part ne peut croître que par la fréquentation de la femme, laquelle n’est pas seulement œuvre de chair, mais surtout d’esprit.

Deuxième exemple:
 (..) Jamais on ne peut échapper à l’horizon de l’Un. Certes, il y a une pluralité de voies qui y conduisent. L’expérience des credos qui s’offre aux humains doit être intériorisée par la personne physique dans sa portée métaphysique. C’est même une condition du salut. Nous savons que, comme le dieu des dieux grec le dieu coranique est rusé – il est capable de stratagèmes, il peut se présenter à l’élu dans une forme qui n’est pas celle de sa croyance ; l’élu risque donc de ne pas reconnaître le privilège de la vision qui lui est accordée. Aussi, pour éviter toute méprise, faudra-t-il qu’il se familiarise avec toutes les formes de croyance : « que ton cœur soit de hylê (matière brute) pour qu’en toi prennent forme toutes les croyances », écrit encore Ibn ‘Arabi dans ses Fuçûç al-Hikam. Ainsi la connaissance de l’altérité religieuse devient-elle nécessité stratégique pour préserver quelque chance d’obtenir le salut.

Voilà, ce ne sont que de brefs extraits ! Oui, vraiment, les soufis, c’est autre chose!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *