« Mon bref passage dans l’autre monde » (livre)

Je viens de lire le livre de Fabienne Raoul « Mon bref passage dans l’autre monde », qui raconte l’itinéraire étonnant suivi par l’auteur: ingénieure dans le nucléaire, matérialiste, elle a peu à peu vécu des expériences qui l’ont rendue complètement convaincue que « nous sommes des êtres spirituels qui font une expérience humaine » (Teilhard).

« La raison n’impose pas le matérialisme, c’est une croyance, une hypothèse non démontrée parmi d’autres », écrit-elle en citant le physicien Emmanuel Ransford; et: « pour un sceptique, aucune preuve n’est suffisante ».

Après une « expérience aux frontières de la mort » (NDE ou « EMI ») assez particulière, elle a vécu au fil des années une série d’événements spéciaux, qu’elle distille au long du livre. Et par exemple un motard accidenté, dont, absolument pas chrétienne a priori, elle fait repartir la respiration par la prière, « étonnée et abasourdie par l’énergie qui la saisit ».

Chapitre après chapitre, elle énumère les « bizarreries » qui « s’invitent dans sa vie ». Elle pose des questions à « Marie »… et obtient des réponses, notamment par des « coïncidences »… : par exemple une personne en face d’elle dans le métro déplie un journal qui répond à la question ; un robinet d’eau s’ouvre tout seul; un rideau tombe à terre alors qu’elle parle justement à quelqu’un de « regarder au-delà du voile de la réalité… ».

Tandis qu’elle passe quelques jours chez son père, il y a tous les jours des petits signes. Appareils qui se mettent en marche, portail qui s’ouvre etc., et la chaudière qui tombe en panne: … le réparateur qui vient s’appelle Monsieur LE SIGNE !

Elle quitte finalement son métier d’ingénieur, pour se consacrer à la sophrologie et à des disciplines connexes. Extrait:
« Lorsque je commence les séances, (je me connecte) à la Source aimante de toute chose. Mais aussi à l’énergie d’amour de Marie et Jésus (ils m’ont bien aidé jusqu’à présent, mes fidèles compagnons de route!). J’entre rapidement dans un état de conscience modifié qui me fait perdre la notion du temps. Je me concentre alors sur les sensations de mes mains. (..). Puis je prends la main de la personne et je laisse « là-haut » faire son oeuvre. (..) »

Elle procède parfois à des séances à distance. « Ne jamais oublier que je ne suis pas seule, que le transcendant agit quand on lui laisse la place. »

Plus loin: « La guérison n’est pas nécessairement physique, elle peut être également émotionnelle. Mais la plus belle, à mon sens, est la guérison spirituelle, celle de l’âme. C’est ce que j’esssaie d’apporter en séance: une reconnection à Soi, au divin. »

Elle accompagne également des personnes en deuil, et raconte comment, alors qu’elle est avec une amie qui vient de perdre son père, la musique (« playlist ») qu’elles écoutent s’interrompt, pour être remplacée par une chanson qui dit « Tu es mon sang,.. » (Mylene Farmer); grande émotion. Et « le chat, ajoute l’auteur, est resté quelques minutes le regard fixé sur le haut d’un mur, comme si il y avait quelqu’un… C’était la première fois que je le voyais ainsi. »

Autre chose encore: des « prémonitions », ou plus précisément des visions anticipées d’événements. Ainsi elle a vu en cauchemar la tuerie de Santa Fe (mai 2018) dix jours avant qu’elle ne se produise. De même elle a vu en rêve, quelques jours à l’avance un incendie très meurtrier qui a eu lieu à Paris en février dernier; son cauchemar associait un de ses amis: or le fils de cet ami habitait près de l’immeuble en cause…

Elle cite Stéphane Allix: Ce que nous prenons pour une certitude scientifique « il n’y a rien après la mort », ne repose sur aucune preuve. En revanche il y a un faisceau d’informations qui laissent penser le contraire.

Je suis devenue, dit-elle à la fin du livre, une thérapeute ouverte à l’invisible et ayant la Foi, en dehors de toute religiosité. « La Foi, c’est cette évidence qui vient du coeur, de tout mon être. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *