« Aux confins de la conscience… »: perturbant!

Je viens de terminer le livre de Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier intitulé « Voyage aux confins de la conscience – Dix années d’exploration scientifique des sorties hors du corps » (2016). J’en ressors assez perturbé, tant le travail – très sérieux – couvre des réalités diverses dont j’ignorais pratiquement l’existence.

Il ne s’agit pas ici des « NDE » (ou « EMI » en français) (1) bien qu’il y ait quelques points communs, mais d’abord des « OBE » (« Out of Body Experiences »), qui concernent des gens parfaitement conscients, qui parfois peuvent voir à distance, éventuellement entrer dans l’esprit d’une autre personne, et bien d’autres choses encore.

Avant que le lecteur « sérieux » n’arrête de lire ce billet, précisons que le livre se présente comme un patient travail « de laboratoire », s’étalant sur plus de dix ans, et qu’il comporte toutes les garanties d’authenticité.

Mais dans la population française il existe, en simplifiant, trois sortes de personnes: celles qui ne croient qu’à ce que la science a vraiment démontré et dont elle sait faire la théorie (ceux-là ne croient pas aux NDE: « ce n’est pas possible »); celles, à l’autre extrême, qui avalent et acceptent n’importe quelle affirmation, dès lors qu’elle apparaît un peu orientale ou se couvre de mots à l’apparence scientifique; et enfin les gens raisonnablement ouverts, qui pensent qu’il y a encore beaucoup d’aspects du monde, et de réalités, que nous ignorons.

Le livre se centre sur le cas d’une personne, « Nicolas », qui a découvert peu à peu ses pouvoirs singuliers, et qui était accompagné psychologiquement et techniquement par les auteurs. L’avantage du livre est d’entrer très progressivement en matière (il semble que, depuis, Nicolas Fraisse a publié de nombreuses vidéos sur Youtube, qui peut-être n’ont pas la même progressivité). Pour Nicolas c’est un peu une histoire de famille puisque sa grand-mère semblait capable de voir, de chez elle, quels gâteaux étaient disponibles dans la boulangerie du village…

Les pouvoirs de Nicolas se développent peu à peu au long des années, les auteurs montrant aussi leurs hésitations quant à la nature des phénomènes dont il s’agit.

Premier exemple: une soirée chez des amis, à laquelle il assiste alors qu’il est cloué, loin de là, dans son lit; il parcourt les pièces et entend les conversations, mais aussi perçoit les pensées des participants… Suite à ce premier cas auquel il ne s’attendait pas, Nicolas est devenu capable de sortir (en quelque sorte) fréquemment de son corps, plus ou moins longtemps, à volonté, et en voyant tous les détails des endroits où il se rend. Ces sorties du corps ont des points communs avec la première phase des NDE, mais il s’agit de quelqu’un de conscient, et qui choisit souvent ses destinations.
Une des limites du livre est qu’on ne sait pas bien si d’autres personnes ont vraiment les mêmes capacités; les auteurs semblent l’affirmer; ils citent également au passage une étude publiée par la revue « Nature ». Pour tester les affirmations de Nicolas, ils mettent en place une procédure en double aveugle qui confirme les faits, tout en semblant montrer que seuls certains aspects sont perçus (ainsi une photo de la Tour Eiffel n’est pas reconnue comme telle, mais seulement comme un enchevêtrement de poutres d’acier, de même forme!).

Nicolas développe aussi des capacités de télépathie, qui l’amènent à l’occasion, tout en marchant à côté d’une personne, à « entendre » une pensée qui la préoccupe. Un autre exemple donné concerne la façon de réaliser une prise de sang particulière (il est élève infirmier) qu’il fait, non selon ce qu’on lui a appris, mais comme il la « lit » dans la tête de son instructrice – stupéfaite.

Les années passent. Nicolas dit qu’il commence à voyager dans le cosmos, mais sans son corps. Puis apparaît un nouveau phénomène: il s’incorpore… dans le corps de quelqu’un d’autre – effrayant. Et après quelques semaines, c’est aussi dans des corps les plus divers qu’il s’incorpore, et notamment des animaux, ou oiseaux! Les auteurs ont recueilli d’autres témoignages concernant ce point. Et, comme ils le disent évidemment, cela rappelle le chamanisme.

On bascule ensuite vers des phénomènes plus mystérieux – bien qu’effectués en double aveugle et contrôlés par huissier. Dans un test soigneusement préparé, alors qu’on demande à Nicolas de choisir à chaque fois une photo parmi 4 , il voit intérieurement à l’avance un indice visuel qui l’oriente vers la bonne réponse; puis c’est une chanson qui lui est donnée; Nicolas panique un peu, tant il se sent guidé. Cela devient « pire » ensuite: la voix intérieure lui dicte des textes, qu’il écrit avant qu’on lui montre les images. Et ces textes sont de plus en plus longs, poétiques, ironiques; mais toujours en rapport avec ce qui sera le bon choix de photo. « Cela me fiche la trouille » dit Nicolas, qui se sent manipulé par cette entité invisible. Au total ce ne sera pas cent pour cent de réussite, mais tout de même 61 corrects sur 76: ce qu’aucune probabilité ne rend possible!

Les auteurs évoquent à ce propos le « channelling »: ils ont en effet, dans la foulée, tenté d’interviewer leur interlocuteur invisible, qui a répondu de façon philosophique et complexe.

J’en reste là dans ce compte rendu. La fin du livre me satisfait moins, car les auteurs se lancent dans la physique théorique, qui n’est a priori pas leur domaine.
Mais c’est un livre qui laisse supposer l’existence de bien des réalités extérieures – supérieures? – diverses; je n’ai pu qu’en donner un aperçu ci-dessus.

Comprenne qui pourra !

PS Août 2019: Je commence à lire le livre du Père Brune et de Rémy Chauvin « A l’écoute de l’au-delà » (J’ai Lu), où Rémy Chauvin cite (pp.37 et suivantes) de nombreuses recherches sur les sorties hors du corps.

————
(1) Voir mon compte rendu détaillé du livre du Dr Jourdan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *