Un billet au hasard: RSS et Facebook
  • Accueil
  • Fil RSS
  • Voyez aussi le site plestang.com
  •  

     

    Portraits de femmes, portraits d’hommes: « Porteuse d’eau – Tome 5 »

    Et voilà le dernier tome (pour l’instant?) des réflexions de Catherine Lestang sur la Bible. Tome plein de richesses, comme les précédents.

    Souvent les personnages de l’évangile y parlent à la première personne; et ce que Catherine écrit, parfois seule une femme pouvait l’écrire.

    Marie: « Je n’aime pas Jérusalem; ma ville à moi, c’est Nazareth, pas Jérusalem. Toute ma famille vit à Nazareth, mon époux Joseph, qui lui était de Bethléem, y est enterré. Mon fils Jésus arpente tout le pays depuis presque 3 ans. Pour les notables, notre Galilée a mauvaise réputation. »

    Des réflexions sur Jésus « le bouseux qui a l’accent de Galilée »; sur Saint Paul, que l’on peut détester et aimer à la fois…

    Sur l’onction par la « pécheresse »: « Ces gestes, ce sont des gestes qu’une femme fait avec son bébé. Son bébé, on le lave, on l’essuie et on l’enveloppe pour qu’il se sente sec, et enveloppé de douceur; on aime bien bien embrasser les pieds de son bébé, et on aime qu’il sente bon, qu’il sente une odeur que l’on a choisie pour lui. »

    A propos de Marie-Madeleine au tombeau:  « Dans toute vie spirituelle, il y a des espèces de cycles dans notre relation avec Jésus. Le risque est toujours immense de s’approprier la personne de Jésus, de nouer avec Lui un lien certes privilégié (comme nous avons pu en avoir avec certains membres de nos familles, avec certains amis), mais qui parfois bascule sans que nous nous en rendions compte dans la possession. Cela se fait doucement, imperceptiblement. Et cela finit par mettre Jésus dans une sorte de tombeau. Il est devenu notre propriété. Alors arrive un jour où l’on est comme perdu, parce que « ce » Jésus là, on l’a perdu, on nous l’a volé. »

    Et aussi: « Je crois (..) très profondément que ce que l’on appelait autrefois « les crises de foi » sont nécessaires, même si elles doivent durer des années, pour nous déprendre d’un Dieu que nous avons créé à notre image et à notre ressemblance. » (p.80)

    A lire et à déguster! Sûrement, des passages parleront à votre coeur.

    En vente sur Amazon: 10 euros; Kindle: 2 euros.

     

    Voir aussi les billets de blog précédents

    Accompagnement psychologique et spiritualité – un livre témoignage

    « Dictionnaire » et « Premier Testament »: deux nouveaux livres de Catherine Lestang

    Le lavement des pieds comme vous ne l’avez jamais lu, et autres textes: « Porteuse d’eau » tome 4