Un billet au hasard: Si tu ne vas pas à la Bible...
  • Accueil
  • Fil RSS
  • Voyez aussi le site plestang.com
  •  

    Foi et science: quelques réflexions

    A l’occasion d’une rencontre avec un prêtre interrogeant des scientifiques sur les domaines respectifs de la science et de la foi, j’ai essayé de clarifier mes idées sur ce sujet.

    – Il y a les idées que certains scientifiques des sciences dures ont de la science, et il y a la diversité des sciences humaines ou autres, pour lesquelles les expériences ne sont pas répétables, et les hypothèses plus clairement fragiles que dans les sciences dures.

    – Il y a parmi les scientifiques des attitudes ouvertes; et des attitudes fermées: ceux pour qui n’existe que ce qui est prouvé par les méthodes déjà en vigueur, et qui ont tendance à écarter tout fait qui ne cadre pas avec ce qu’ils croient savoir.

    – Qu’est-ce que la « méthode scientifique »? Bachelard et Gonseth ont montré qu’il est souhaitable qu’elle soit faite d’itérations entre des hypothèses et des expériences, avec toujours une grande ouverture à d’autres possibilités.

    – Dans beaucoup de sciences humaines, des notions comme celles de confiance et d’écoute ont un grand rôle.

    – En matière humaine, la confiance dans le témoignage, l’engagement dans une relation vraie, sont souvent des conditions pour comprendre un problème, et donc pour le décrire et éventuellement expérimenter à son sujet.

    – « Vous ne comprenez pas parce que vous n’aimez pas » a écrit Dostoievski quelque part.

    – Face à des faits que l’on vous rapporte, on acceptera ou non le témoignage en fonction de divers paramètres, dont notamment la confiance que l’on fait à celui qui vous en parle, et la familiarité que l’on a – ou non – avec le genre d’hypothèses sous-jacentes. Exemple: les NDE.

    – En ce qui concerne la foi, je propose que l’on regarde s’il est possible de l’approcher comme une attitude de confiance, d’abord par rapport à des témoins qui vous en parlent, puis directement par rapport à un réel qui se montre à nous de façon très discrète, à peine perceptible.

    – En ce sens on peut se demander s’il y a une différence de nature entre les sciences humaines et la foi: la relation qu’a un psychologue avec son patient met en oeuvre à la fois un savoir et des qualités humaines. De même la foi se base sur ce qu’a été Jésus, d’après ce qu’on pense en savoir, et sur un engagement dans la relation avec ce réel à peine perceptible.

    – La science peut-elle « prouver » que Dieu n’existe pas? Evidemment non; mais cela dépend aussi de ce que l’on désigne par Dieu! Je propose (cf. « Le fait Jésus ») de ne pas se centrer sur la création, mais sur l’existence ou non d’êtres très supérieurs.

    – La science couvre certains « comment »: pour les processus qu’elle a repérés. Mais elle n’a pas repéré, ou guère (psy) les processus de l’amour: qui sont impalpables (le vent souffle où il veut), mais puissants (miracles).

    – Faut-il distinguer le « pourquoi » et le « comment »: comme si la science s’occupait du comment, tandis que la foi ne s’intéresserait qu’au pourquoi, révélé par la Bible? Il est fort possible que le pourquoi nous dépasse complètement. Plutôt que d’attendre, comme un enfant, que Dieu nous dise le pourquoi, intéressons-nous à la façon de vivre que nous propose Dieu: et qui est peut-être la meilleure réponse au comment, c’est à dire qui montre des chemins que la science n’a pas repéré; des chemins de vie, que peut-être la science pourra peu à peu analyser!

    – En modifiant à peine la question précédente, on arrive à la question du sens. La science donne-t-elle le sens de la vie? Pas sûr. Les philosophies et les spiritualités ont ici toute leur place, notamment comme des techniques pour aller vers la « vie bonne ».

    – La foi chrétienne n’est pas en elle-même une spiritualité (elle est relation, en confiance – voir plus haut), mais elle en génère de nombreuses.

    2 réponses à “Foi et science: quelques réflexions”

    1. Ph.Lestang dit :

      En relisant ce texte, publié maintenant mais en fait ancien, je m’aperçois que le mot « engagement » (5° et 9° tirets) est aussi un mot cher à Ferdinand Gonseth pour décrire la bonne méthode scientifique!
      – Sur Ferdinand Gonseth voir la page http://www.plestang.com/ph.php

    2. Musso Bernard dit :

      Bonjour Philippe
      Je pense que cela peut éclairer ton sujet, j’y ai assisté, ce sont mes notes, donc sujettes à l’erreur.

      LA CREATION ENTRE BIBLE ET SCIENCE par THIERRY MAGNIN

      Vicaire général du diocèse,Ingénieur des mines de St Etienne,Docteur ès science,Docteur en Théologie,choisit parmi 30 scientifiques-croyants de toutes confessions et de toutes nationnalités pour répondre à ce sujet.

      Trois hommes ont changé la relation science religion et marqué les esprits: GALILEE DARWIN FREUD

      GALILEE
      Après Copernic 50 ans avant,il s’oppose au modèle de Ptolémée et des Grecs adopté par l’Eglise(la terre est le centre de l’univers).Il montre que la terre tourne autour du soleil. Galilée croyant est condamné en 1633 à renier ses idées.Sur de ce qu’il avance ,galilée accepte de renier ses idées,mais pas sa foi (et pourtant elle tourne).

      Pascal père de la pensée nouvelle réconcilie Science et Eglise
      La Bible est le pourquoi
      La Science est le comment
      Persuadé de sa « petitesse »scientifique,Pascal y trouve l’occasion d’augmenter sa foi.

      Newton montre que l’univers est régi comme une horloge baptise Dieu le grand horloger ce qui est une interprétation personnelle ;on sait à quoi conduise ce genre d’exercice.Adam et l’histoire de la côte,symbolique,c’est Eve tirée de sa chair,rapprochement avec l’enfantement
      de la femme(en hébreu Adam est lui,Eve,elle). On ne sait pas comment s’est passé le big bang mais Dieu est celui qui crée en faisant exister. Comme un artiste crée, donc différent du grand horloger (Einstein trouve la preuve de l’existence de Dieu dans la musique.)

      DARWIN 19° prône avec sa théorie sur l’origine des espèces l’évolutionnisme.Energie=matière (15milliards d’années) = vivant (5 milliards d’années). L’homme est arrivé par hasard d’où polémiques. Darwin matérialiste athée est à l’origine de beaucoup de non-croyants.
      L’idée matérialiste Darwin
      L’idée fondamentaliste : la Bible au pied de la lettre. Comme tous les extrêmes , on le sait depuis longtemps , engendrent l’erreur l’intolérance etc… Darwin est aujourd’hui remis en question parce que l’homme utilise davantage sa conscience , et non L’instinct comme les animaux.

      FREUD Révèle l’inconscient de l’homme. Tout comme Darwin les idées de Freud sont attaquées sur
      Le fait que l’homme ne réagit que peu sur ses réflexes , il est beaucoup plus libre.

      Galilée on n’est plus au centre du monde.
      Darwin on n’est plus le centre de la création
      Freud on n’est pas maitre de soi.
      Les idées de Freud sont aujourd’hui réfutées parce que l’homme ne réagit pas que par ses réflexes,il est beaucoup plus libre.
      Thierry MAGNIN conclut par quelques remarques.
      Il n’y a pas d’objectivité absolue en science c’est le trou d’incomplétude du tableau d’Eicher.
      Les sciences aujourd’hui cernent leurs limites ;mais c’est encore plus beau d’essayer d’avancer dans ces conditions. La science rejoint alors la philo.
      L’humanité a toujours essayé de boucher ses trous par Dieu,patience il y aura un jour peut être une solution . Les limites de la Science rejoignent les limites de la connaissance de Dieu
      Si Dieu était une évidence Il ne serait plus Dieu !!
      Essayer de boucher ce trou,parce que nous savons que c’est impossible,c’est la course vers l’avant de Paul ,c’est la quête du graal,toute l’humanité progresse dans cette quête.C’est ce que je pense à notre sujet :comme nous savons que nous serons toujours pêcheurs , il ne faut pas stagner pour autant , l’important est de partir d’un point pour arriver à un meilleur. Pas d’extrêmismes comme le fidéisme coupure entre foi et science ou concordisme faire accorder la Science et la Bible.Dans toutes les idées pas de mur pas de séparations.

      On peut résumer la pensée de Thierry Magnin par
      PLUS NOUS CHERCHONS MEILLEURS NOUS SOMMES.
      Pas très bien écrit car j’ai noté en même temps qu’il parlait sorry

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *