• Accueil
  • Fil RSS
  • Voyez aussi le site plestang.com
  •  

    Expériences aux frontières de la mort: un début de modélisation!

    Les « Expériences de mort imminente » (EMI, ou NDE en anglais) commencent à être mieux connues. Le livre du Dr Jourdan, « Deadline », que j’ai découvert récemment, diffère radicalement de la littérature habituelle sur ces sujets:

    – Il considère qu’il s’agit d’aspects de notre réel, à explorer aussi scientifiquement que possible.
    – Et il montre que certains aspects de ces expériences peuvent se comprendre moyennant des hypothèses assez étonnantes.

    Ma vision de ces « NDE » (ou « EMI ») a changé après la lecture de ce livre, tout à fait sérieux et scientifique.

    Voir l’exposé que j’ai fait à ce sujet dans le cadre de l’association « Foi et Culture Scientifique » :

    http://www.plestang.com/docs/emi-jourdan.pdf (10 pages).

    2 réponses à “Expériences aux frontières de la mort: un début de modélisation!”

    1. Philippe Lestang dit :

      Mort clinique, mort biologique: Je retrouve dans Jovanovic (« Enquête sur l’existence… ») une définition de la mort clinique et de la mort biologique:
      « mort clinique: coeur arrêté, électro-encéphalogramme plat, arrêt respiratoire. Cette mort clinique, qui demeure cependant récupérable, déclenche la mort biologique, plus lente. (..) Après deux, trois minutes de mort clinique, (..) les cellules du cerveau cessent de fonctionner les unes après les autres par manque d’oxygène. Même si le coeur repart, le cerveau subit des lésions plus ou moins importantes. (..) Avec dix minutes de mort clinique, les zones du cerveau se transforment en passoire. »
      (p.45 de l’édition 1993).

    2. Philippe Lestang dit :

      « Extase » – Un récit d’extase intéressant, qui ne ressemble cependant pas aux NDE, figure dans le livre de Paul Veyne « Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas », pages 225 à 227: un couple part, très temporairement, dans une sorte de nulle part rempli de félicité, qui les conduit ensuite à dire: « On renoncerait sans hésitation à tous les plaisirs de l’amour si on pouvait obtenir un pareil bonheur à volonté ».

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *