Messianisme, au-delà…

Dans le Figaro Magazine, Shmuel Trigano déclare :
« Tout comme le judaïsme, le christianisme porte un messianisme, sauf qu’il vit déjà dans l’après-venue du Messie, ce qui ne lui laisse que l’Au-Delà pour l’accomplissement, alors que dans le judaïsme le drame du salut se déroule dans ce monde-ci. La résurrection que le prophète Ezéchiel dépeint se fait en effet ici-bas, pas dans un autre monde. » (14.07.12)

« L’accomplissement » des promesses messianiques est-il, pour les chrétiens, dans l’au-delà? Et le « drame du salut » n’existe-t-il pas pour eux dans ce monde-ci?

Le « royaume » annoncé par Jésus est à la fois du « déjà là » et du « pas encore là »: nous pouvons déjà vivre dans l’amour, nous élever en lui. Et d’autre part chaque chrétien est invité à vivre l’amour jusqu’à en être crucifié: le drame du salut existe bel et bien pour chacun.

Le concept même « d’au-delà » comprend en fait deux aspects liés entre eux: un « futur », pour chacun de nous et pour l’humanité dans son ensemble; et un « réel invisible » déjà présent, avec lequel certains contacts existent.

L’existence continue après la mort: Jésus s’est montré ressuscité; des apparitions de saints existent (p.ex. Marie à Lourdes). Et, indépendamment du christianisme, cela commence à être vraisemblable pour tous les hommes compte tenu de ce que les « NDE » (expériences aux frontières de la mort) révèlent depuis 50 ans.

D’autre part il y a des êtres (« vivants ») invisibles présents autour de nous – les chrétiens en sont convaincus. Le principal étant l’Esprit Saint qui peut nous guider; mais il y a aussi, malheureusement, des êtres maléfiques.

Et que peut-on entendre par résurrection, que ce soit individuelle ou collective? Dans la mesure où, comme le croient les chrétiens, l’existence continue après la mort, on peut voir dans ce concept une sorte de « vision eschatologique » de « fin des temps », représentant un état final (« à l’infini »?) de chaque homme et de l’humanité. J’y vois pour ma part comme une montée progressive dans l’amour, sans fin !

Une question liée est de savoir si la « frontière » entre le monde visible et le monde invisible ne peut pas évoluer progressivement, ou disparaître (les NDE en étant, dans cette hypothèse, le premier indice).
Ou encore, un peu différemment, si le monde de l’au-delà n’inclut pas en fait ce monde-ci: de sorte que la question de savoir si les choses se passent « dans ce monde-ci » ou « dans un autre monde » n’a peut-être pas de sens.

Qu’en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *