Chacun son chemin

J’avais décrit il y a quelques années – image triviale disais-je alors –  la façon dont j’imaginais parfois les chrétiens rassemblés à la messe (c’est en milieu charismatique) reliés chacun à Dieu par une sorte de tube invisible. Aujourd’hui j’ai eu un peu la même image, mais l’idée était différente: c’était que le plan de Dieu sur chacun, l’avenir de chacun, allait être différent; ce fil, ce tube, c’était ce que chacun allait faire dans les années à venir, ce à quoi il allait être utile, dans la merveilleuse diversité et complémentarité des vocations et des actions.

Là dessus quelqu’un a donné une image reçue: il s’agissait d’un parterre magnifique préparé par un jardinier; et puis voilà qu’une fleur différente, qui ne correspond pas au plan du jardinier, se met là au milieu.
J’ai alors pensé à une obligation que j’allais avoir dans l’après-midi: quelque chose qui va me prendre du temps et dont je me passerais bien… Un plan de Dieu pour moi, différent du « jardin » que j’avais en tête: pour m’occuper de quelqu’un. Quelqu’un qui est précieux dans le plan de Dieu, même si je n’en ai pas complète conscience; qui peut-être est bien plus précieux que je ne le crois, y compris peut-être aussi par la place que le Seigneur lui fait tenir sans que je m’en rende compte, ou par celle qu’il lui fera tenir un jour dans l’au-delà, compte tenu de son itinéraire actuel. Qui est et qui sera parmi les « bénis » du Père (évangile d’aujourd’hui), qui sont et deviendront à leur tour bénédiction.

Oui, chacun son chemin, vers le Seigneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *