• Accueil
  • Fil RSS
  • Voyez aussi le site plestang.com
  •  

     

    Création d’une association « Les amis d’Etty Hillesum »

    Mon ami Jean-Pierre Nave m’informe de la création d’une association « Les amis d’Etty Hillesum »:

    « Nous sommes quelques lecteurs passionnés par les écrits d’Etty Hillesum (1914-1943). Nous créons prochainement une association « Les amis d’Etty Hillesum ».

    L’assemblée constituante (ouverte à tous) a lieu le mardi 26 janvier, de 14 h à 16 h, au SIDIC, 73 rue Notre Dame des Champs – Paris 6ème

    http://www.amisdettyhillesum.fr/

    Sur Etty Hillesum voir par exemple cet article:

    http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=167

    et ce texte:

    http://toutregard.blogspot.com/2010/01/prenez-moi-par-la-main-etty-hillesum.html


    Benoît Billot, bouddhisme

    Le frère Benoît Billot est « à la mode »: articles de journaux, livres, conférences !

    Ce n’est que mérité: lisez, pour vous en convaincre, sa conférence sur le combat spirituel. Ou encore procurez-vous le petit livre récent « Voyage spirituel dans le bouddhisme zen » (Actes Sud): vous comprendrez notamment ce qu’un chrétien peut entendre par « non-dualité »!

    Un article du « Monde des religions » de ce mois a soulevé quelques vagues sur un blog évangélique, où l’on a cru comprendre que le frère Benoît avait deux religions, qu’il pratiquait des activités démoniaques, etc.

    Les choses sont beaucoup plus simples et souriantes: le frère Benoît a compris ce qu’il lui était possible d’importer du bouddhisme dans le christianisme, pour enrichir ce dernier; et ceci dans un dialogue fraternel avec les moines bouddhistes.

    Il reste que parfois les formulations utilisées peuvent prêter à discussion. C’est ce que j’essaie d’examiner, à partir d’un exemple précis, dans cet article.

    Lire: « Bouddhisme et christianisme« 


    Prier ensemble, animer ensemble..

    En deux occasions j’ai pu apprécier des façons de faire un peu originales, qui contribuent à donner à la messe encore plus de sens:

    – Le prêtre qui présidait notre célébration aujourd’hui a choisi, pour le Credo d’abord puis pour le Notre Père, de se taire !
    Je m’entends: il a prononcé les premiers mots, puis, au lieu de couvrir par sa voix et son micro la prière de l’assemblée, il a continué presque à voix basse, de sorte que c’était l’assemblée que l’on entendait.
    L’assemblée priait ensemble, et s’entendait prier, ce qui n’est pas le cas d’habitude, où chacun essaie simplement d’accompagner le prêtre.
    Très belle idée, à mon sens.

    Une remarque un peu analogue pourrait valoir pour l’animation des chants quand ceux-ci sont bien connus de l’assemblée, et sous réserve bien sûr que l’animateur indique par des gestes le tempo.
    Je crois d’ailleurs, mais c’est une question un peu différente, que dans certains pays il n’y a pas d’animateur de chant face à l’assemblée; l’animation se fait depuis l’assemblée elle-même.

    – Deuxième exemple: dans une autre paroisse, il est habituel que tous ceux qui vont participer à l’animation (lecteurs, animateurs de chant etc.), arrivent à l’autel avec le prêtre, un peu comme le font habituellement les enfants de choeur. Ils se placent ensuite dans le choeur pour toute la durée de la cérémonie.
    Voilà une belle façon de manifester la participation de tous à l’eucharistie, que nous célébrons ensemble, avec le prêtre comme président !